Free : pas d'augmentation de capital pour financer l'acquisition du réseau de Bouygues

  • A
  • A
Free : pas d'augmentation de capital pour financer l'acquisition du réseau de Bouygues
Partagez sur :

Free va pouvoir "accélérer sa dynamique commerciale ambitieuse au bénéfice du consommateur"...

Iliad, la maison-mère de Free Mobile, a confirmé son intention de racheter le réseau de 15.000 antennes de téléphonie de Bouygues Telecom et un portefeuille de fréquences. "Cette opération a vocation à être financée avec les ressources propres et bancaires du groupe, et sans recours à une augmentation de capital", précise le groupe Iliad. Iliad renforce son autonomie Dans un communiqué, l'opérateur de téléphonie mobile indique ainsi avoir signé un accord de négociations exclusives avec le groupe Bouygues et la société Bouygues Telecom en vue du rachat d'un portefeuille de fréquences 2G/3G/4G et du réseau de téléphonie mobile de Bouygues Telecom pour un montant pouvant aller jusqu'à 1,8 milliard d'euros. Iliad confirme également que cette cession n'interviendra que dans l'hypothèse où l'opération de rachat de SFR par Bouygues aboutisse et que les autorisations nécessaires soient obtenues. "Dans une configuration de marché revenue à trois acteurs, cette opération permettrait à Free Mobile d'accélérer sa dynamique commerciale ambitieuse au bénéfice du consommateur dans un contexte de concurrence par les infrastructures en renforçant considérablement son autonomie et son portefeuille de fréquences", explique le groupe de Xavier Niel. Bouygues tient à son mariage avec SFR Cet accord de négociations exclusives a été annoncé par Olivier Roussat au JDD. Il vise à faciliter le rachat de SFR par le groupe Bouygues à Vivendi. En cédant son réseau à Free Mobile, l'opérateur de téléphonie rétablirait le principe l'équité concurrentielle sur le réseau, levant certaines réticences pouvant être formulées par l'Autorité de la Concurrence. L'accord conclu avec Free permet à Bouygues "de lever la principale incertitude qui pesait sur le projet au regard de l'Autorité de la concurrence. Et à Free de devenir un opérateur plein et entier", a notamment expliqué le PDG de Bouygues Telecom en annonçant l'opération. Il conclut : "En cas de fusion avec SFR, nous aurions un réseau de trop. Là, il y a un acheteur qui va recréer une dynamique concurrentielle. Cette solution clé en mains devrait faciliter le mariage avec SFR et rassurer Vivendi".