Free mobile voudrait se faire une place sur le réseau partagé de SFR et Bouygues

  • A
  • A
Free mobile voudrait se faire une place sur le réseau partagé de SFR et Bouygues
Partagez sur :

Le quatrième opérateur souhaiterait profiter des économies d'échelle que produira la mise en commun des réseaux de ses concurrents...

Free Mobile vient de jeter un nouveau pavé dans la mare... Le 4ème opérateur mobile français, filiale d'Iliad, entend participer au partage du réseau prévu entre deux de ses concurrents, SFR (groupe Vivendi) et Bouygues Telecom, affirment 'Les Echos' du jour. Selon le quotidien économique, Free Mobile a écrit un courrier en ce sens aux PDG de Bouygues, Olivier Roussat, et de SFR, Jean-Yves Charlier, avec copie aux autorités de régulation, à savoir l'Autorité de la concurrence et l'Arcep, le gendarme des télécoms. Economies d'échelle Free Mobile, qui est parvenu à conquérir 11% du marché français du mobile en moins de deux ans grâce à ses forfaits à bas prix, entend ainsi profiter des économies d'échelle que produira la mise en commun des réseaux de ses concurrents... Le directeur général d'Iliad, Maxime Lombardini, demande ainsi aux deux autres opérateurs de lui faire "avant l'achèvement de vos discussions, une proposition raisonnable d'accueil des fréquences de Free Mobile en "RAN sharing" (partage des équipements actifs) sur le réseau que vous envisagez de mutualiser". Un accord juridiquement contestable ? En cas de refus, Iliad estime qu'"un accord entre deux des trois opérateurs de réseaux mobiles historiques qui ne prévoirait pas l'accueil du quatrième opérateur nous semblerait être un facteur de déstabilisation majeur. De plus, un tel accord pourrait être juridiquement critiquable", précise M. Lombardini, laissant entendre qu'il pourrait saisir la justice ou le gendarme de la concurrence. Pour l'instant, Bouygues n'a pas réagi, tandis que SFR a jugé la requête de Free "prématurée", car "la construction de l'accord à deux est loin d'être aboutie sur les plans technique et juridique"... En négociation depuis juillet dernier, le partage des réseaux mobiles de SFR et Bouygues, qui devait être initialement bouclé à la fin de l'année, aurait ainsi pris un ou deux mois de retard, laisse entendre SFR... A travers sa demande, Free cherche aussi à mettre la pression sur Orange, le premier opérateur mobile français, avec lequel il dispose d'un accord d'itinérance depuis son lancement en janvier 2012. Free Mobile aimerait pousser plus loin l'accord et mutualiser son réseau avec celui d'Orange, qui paraît moins pressé, compte-tenu de la taille de son réseau face à celui de Free, encore en phase de déploiement. Dans une interview, le PDG d'Orange, Stéphane Richard, a ainsi déclaré aux 'Echos' qu'il n'avait "pas besoin de mutualiser son réseau"...