François Rebsamen vise une stabilisation du taux de chômage d'ici la fin de l'année

  • A
  • A
François Rebsamen vise une stabilisation du taux de chômage d'ici la fin de l'année
Partagez sur :

Au premier trimestre, il se situait à 9,7% de la population active en France métropolitaine.

A deux jours de la publication des chiffres du nombre de demandeurs d'emploi pour le mois de mai, le ministre du Travail, François Rebsamen, s'est donné un objectif : la stabilisation. "Cette année, on va essayer de tenir en-dessous de 10%", a-t-il déclaré ce mardi matin sur Radio Classique et LCI. Fin 2013, le taux de chômage en France métropolitaine s'établissait à 9,7% et de 10,1% avec l'outre-Mer. "Si on a une stabilisation la fin de l'année, on aura une baisse l'an prochain", a-t-il ajouté. Le ministre du Travail, s'est aussi fixé pour objectif de ramener le nombre de demandeurs d'emplois sous la barre des 3 millions d'ici la fin du quinquennat. Données contradictoires Ces derniers mois, le nombre de demandeurs inscrits en catégorie A n'a cessé d'augmenter. En avril, il a ainsi grimpé de +0,4% pour s'établir à 3.364.100. Cette tendance ne devrait pas s'améliorer puisque, dans ses prévisions publiées en mai dernier, l'Unedic, l'organisme qui gère l'assurance-chômage prévoit une hausse de 163.200 demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A sur l'ensemble des années 2014 et 2015, pour atteindre un total de 3.470.500 chômeurs à la fin 2015. En revanche, le taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) est resté stable au premier trimestre, à 9,7% en France métropolitaine et 10,1% avec les départements d'outre-mer, selon les dernières données publiées par l'INSEE. "La notion de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi est une notion différente de celle du chômage au sens du BIT : certains demandeurs d'emploi ne sont pas chômeurs au sens du BIT et inversement certains chômeurs au sens du BIT ne sont pas inscrits à Pôle emploi", souligne d'ailleurs le ministère du Travail pour expliquer cette différence.