François Hollande ne veut pas revoir ses prévisions de croissance

  • A
  • A
François Hollande ne veut pas revoir ses prévisions de croissance
Partagez sur :

Le FMI vise une croissance molle en 2012 et 2013...

Malgré les prévisions du FMI qui anticipent une "croissance molle" de la France, François Hollande n'entend pas revoir ses projections, jugées optimistes. Hier, l'institution internationale a en effet revu en légère hausse sa projection : il table sur une expansion de seulement +0,5% en 2012 contre +0,2% en janvier et de 1% en 2013. Or, le candidat socialiste tout comme Nicolas Sarkozy tablent sur une croissance de 1,7% l'année prochaine après +0,5% en 2012. Pour François Hollande, il n'est pourtant pas question de revoir ses prévisions. "Je ne veux pas caler ma politique sur la projection du FMI (...) que dit le FMI ? Que les mesures d'austérité vont aggraver les conditions de la croissance et qu'en plus, cela ne permettra pas de réduire nos déficits (...) Si le président sortant est réélu, vous aurez effectivement la prévision du Fonds (...) parce que rien ne changera!", a-t-il seulement répondu. Le candidat socialiste estime que la solution consiste, une fois encore, à renégocier le traité européen pour y intégrer un volet de croissance. Dans son rapport actualisé sur les perspectives mondiales, le FMI estime que la plupart des pays de la zone euro "ont besoin d'un ensemble de mesures qui soutiennent la reprise" en s'attaquant dans le même temps aux "problèmes de viabilité budgétaire". Il précise toutefois que "de nombreux autres pays de la zone euro (...) devraient laisser fonctionner librement leurs stabilisateurs automatiques pour empêcher que la faiblesse persistante de l'activité et les risques de détérioration de la situation n'entament la confiance des marchés à l'égard des perspectives de croissance".