François Hollande n'a pas renversé la vapeur lors de sa conférence de presse

  • A
  • A
François Hollande n'a pas renversé la vapeur lors de sa conférence de presse
Partagez sur :

La grande majorité des Français demeure insatisfaite de son bilan, après six mois de mandat.

La conférence de presse donnée par François Hollande mardi, n'aura pas permis d'inverser la tendance. Parmi les Français en ayant entendu parlé - 8 sur 10 en moyenne - 52% disent ne pas l'avoir trouvé convaincant, d'après un sondage BVA réalisé pour 'Le Parisien', contre 45% qui pensent le contraire. Un score "honorable", selon l'institut. François Hollande "fédère" la gauche et séduit les plus de 65 ans Malgré des annonces économiques qui auraient pu déplaire à l'aile gauche de la gauche (annonce d'une hausse de la TVA par exemple), l'institut de sondages note que le président est parvenu à la "fédérer" en évitant le mot de "tournant". Il a ainsi convaincu 92% des socialistes mais surtout 73% de sympathisants LO-LCR-FG-PC. De même, François Hollande a réussi à séduire les plus de 65 ans (53% de "satisfaits"), alors même que cette catégorie avait majoritairement voté pour Nicolas Sarkozy, lors de l'élection présidentielle. En revanche, à droite, seulement 12% de sympathisants l'ont trouvé convaincant... Des Français toujours déçus, peu optimistes sur le chômage Les explications de François Hollande, n'ont en revanche pas modifié le regard des Français sur son bilan, six mois après l'élection. Seulement 27% des sondés estiment que son image s'est améliorée et 10% jugent qu'elle s'est dégradée. Ils restent ainsi globalement mécontents de son début de mandat (61%). D'ailleurs, ils se montrent peu optimistes sur la politique de lutte contre le chômage du gouvernement (contrat de génération, emploi d'avenir, pacte de compétitivité...) : 38% estiment qu'elle n'aura aucun impact, 31% anticipent un impact négatif et à peine 30% s'attendent à des répercussions positives. François Hollande "pourra toujours se consoler en mesurant que son niveau est bien meilleur que celui qu'obtenait Nicolas Sarkozy en 2010 sur la même question : à l'époque (...) seulement 17% qu'elle avait un impact positif sur celui-ci", conclut BVA.