François Hollande décide finalement de maintenir le gel du barème de l'IR

  • A
  • A
François Hollande décide finalement de maintenir le gel du barème de l'IR
Partagez sur :

Pour les deux premières tranches, un système de décote sera instauré en 2013.

"Nous reviendrons en 2013 (...) sur la non-indexation du barème de l'impôt sur le revenu. C'est ce qu'il y a de plus injuste", déclarait en avril dernier, François Hollande, alors candidat à la présidentielle, dans une interview au magazine 'L'Express'. Changement de ton hier soir, sur le plateau de TF1. Gel du barème de l'IR maintenu, à deux exceptions près Dimanche soir, le président de la République, a finalement décidé de poursuivre le gel du barème de l'impôt sur le revenu, c'est-à-dire la non indexation sur l'inflation, instauré par le gouvernement Fillon, à une exception près. Les deux premières tranches (0% et 5,5%) bénéficieront ainsi d'un système de décote. La mesure a pour but d'éviter aux ménages les plus modestes de ne pas passer dans la tranche supérieure de l'impôt sur le revenu, alors même que leur salaire n' pas évolué d'une année sur l'autre. Le dispositif doit être précisé Si le mécanisme de décote est bien "calibré", "il ne devrait (...) pas y avoir de hausse du taux d'imposition pour quelques 20 millions de foyers fiscaux (sur 36 millions au total)", estime le syndicat 'Solidaires Finances Publiques', dans un communiqué publié ce lundi. "La loi de finances 2013 doit donc désormais préciser techniquement le dispositif qui sera retenu", précise l'organisation. Pour cette année, en revanche, le gel du barème a été maintenu pour tous. Environ 200.000 foyers, qui n'avaient pas payé l'impôt sur le revenu en 2011, le paient donc cette année, ajoute le syndicat. Le syndicat espère que la loi de finances 2013 ira plus loin, l'impôt sur le revenu devant selon lui être réformé. "Il demeure insuffisamment progressif, ce qui pose un problème de justice fiscale et sociale dans un contexte de hausse continue des inégalités au bénéfice des ménages les plus aisés", souligne-t-il.