François Bayrou fustige "l'optimisme économique" du gouvernement

  • A
  • A
François Bayrou fustige "l'optimisme économique" du gouvernement
Partagez sur :

Le centriste cite les chiffres publiés ce vendredi concernant la production industrielle et le déficit de l'Etat.

Le chantre de la rigueur budgétaire, François Bayrou fustige l'optimisme du gouvernement, s'appuyant sur les chiffres publiés ce vendredi. D'après l'INSEE, au mois de juin, la production industrielle a reculé de 1,4% même s'il elle affiche une progression de 1,4% sur l'ensemble du deuxième trimestre. Par ailleurs, l'Etat a fait part d'une aggravation du déficit de l'Etat à -59,3 milliards d'euros en juin, contre -56,7 milliards un an plus tôt. "Les chiffres contredisent l'optimisme" "Ces deux chiffres révélateurs et inquiétants sont venus rappeler à la réalité les responsables politiques français et le gouvernement, et démentent l'optimisme (...) affiché par le pouvoir", regrette le leader centriste. François Bayrou estime que pour le moment, le pays ne dispose pas des ressources suffisantes pour recréer de la croissance. De son côté, le gouvernement s'appuie sur d'autres données pour justifier la reprise économique. Ainsi, selon les dernières données de la Banque de France, le pays serait sorti de la récession au deuxième trimestre avec un PIB en hausse de 0,2% après deux trimestres consécutifs de repli. Dans le même temps, le climat des affaires s'est amélioré et l'activité du secteur privé en France s'approche de la stabilisation (Markit Economics). "Cruel démenti de la réalité" "Ceux qui n'ont voulu retenir du récent rapport du FMI que le souhait d'un ralentissement de la réduction du déficit trouvent ainsi le cruel démenti de la réalité", ajoute François Bayrou. Dans les conclusions de sa revue annuelle de l'économie française publiée cette semaine, le Fonds monétaire international a estimé que la France devrait ralentir le rythme d'assainissement de ses finances publiques en 2014. Sa recette : concentrer les efforts sur les seules dépenses et renoncer à de nouvelles hausses d'impôts...