France : stabilisation du taux de chômage au 2ème trimestre, selon le BIT

  • A
  • A
France : stabilisation du taux de chômage au 2ème trimestre, selon le BIT
Partagez sur :

En métropole, il demeure à 9,7% de la population active.

Bien que le nombre de demandeurs d'emplois inscrits à Pôle Emploi ne cesse d'augmenter, le taux de chômage au sens du BIT s'est stabilisé en France métropolitaine au deuxième trimestre. Il est ressorti à 9,7%, inchangé par rapport à la période janvier-mars, et a augmenté de 0,1 point à 10,2% si l'on ajoute les départements d'outre-mer, annonce l'INSEE ce jeudi matin. Sur un an, le taux de chômage recule même de 0,1 point en France et de 0,2 point en Métropole. Recul du sous-emploi Dans le détail, sur le trimestre, le nombre de chômeurs de 15 à 24 ans est stable (-1,6% sur un an), celui des 25-49 ans progresse de 0,1 point (stable sur un an), alors que pour les 50 ans et plus, il recule de 0,1 point (stable sur 12 mois). "La part des personnes en situation de sous-emploi s'élève à 6,2 % des personnes en emploi, en baisse de 0,1 point", précise l'INSEE. Hausse continue selon Pôle Emploi Parallèlement à ces données, on apprenait la semaine dernière par le ministère de l'Emploi et Pôle Emploi, que le nombre de chômeurs inscrits en catégorie A au mois de juillet avait battu un nouveau record. Il a progressé de 0,8% (+26.100 personnes) pour ressortir à 3.424.400 en métropole. Sur un an, la hausse est de 4,3%. Pour expliquer cette divergence de données déjà observée au premier trimestre, le gouvernement rappelle que "la notion de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi est une notion différente de celle du chômage au sens du BIT : certains demandeurs d'emploi ne sont pas chômeurs au sens du BIT et inversement certains chômeurs au sens du BIT ne sont pas inscrits à Pôle emploi". Stabilisation en 2014 ? Si le taux de chômage parvient à se stabiliser jusqu'à la fin de l'année, le ministre du Travail, François Rebsamen aura tenu son objectif. Laissant tombé celui de l'inversion de la courbe défendu par son prédécesseur Michel Sapin, il a simplement dit souhaiter tenir le taux de chômage sous les 10% en 2014.