Fin de mois difficile sur les marchés asiatiques, plombés par la Chine et la zone euro

  • A
  • A
Fin de mois difficile sur les marchés asiatiques, plombés par la Chine et la zone euro
Partagez sur :

L'indice MSCI Asie Pacifique a plongé d'environ 11% en mai...

Les places asiatiques achèvent ce matin leur plus mauvais mois depuis la crise financière de 2008... Cette fois, c'est la crise de la zone Euro qui a fait plonger l'indice MSCI Asie Pacifique d'environ 11% au mois de mai, sur fond de crainte d'une sortie de la Grèce de l'Euro et d'un plan de secours pour l'Espagne. Le ralentissement chinois n'a pas aidé non plus la tendance avec, ce matin à Tokyo, l'indice Nikkei qui recule de 1% peu avant la fin de séance, tandis que l'indice Hang Seng cède 0,7% à Hong Kong, le Shanghai Composite lâche 0,2% et Séoul perd 0,3%. De leur côté, les Bourses de Sydney, Singapour et Bombay (indice BSE Sensex) abandonnent respectivement 0,6%, 1,2% et 0,4%. A contre courant, Taiwan gagne 0,5%, malgré une ouverture en baisse. Sur les marchés des changes, le Yen et le Dollar font office de valeur-refuge, envoyant l'Euro sous 1,24$ (1,2385$ ce matin), au plus bas depuis près de 23 mois, et à 97,35 Yens, au plancher depuis trois mois. La monnaie unique a chuté d'environ 7% depuis un mois contre le Dollar, subissant de plein fouet la pression de la Grèce et l'Espagne, qui font plus que jamais douter certains analystes de la pérennité de la zone Euro... Cette montée des risques pousse les investisseurs à se ruer sur les rares valeurs jugées peu risquées, à commencer par les obligations d'Etat américaines : le rendement du T-Bond à 10 ans est ainsi tombé à son plus bas historique, à 1,59%, ce matin en Asie, tandis que celui du Bund allemand de même durée est revenu à un niveau plancher de 1,34% hier... En Asie Pacifique, ce sont les obligations d'Etat australiennes qui attirent les capitaux, avec un rendement à 10 ans tombé pour la première fois sous la barre des 3% ce matin. En revanche, l'or et les matières premières sont en berne, plombés par la crainte d'une rechute de la croissance économie mondiale après les déceptions chinoises de la veille. Le baril de pétrole brut WTI a chuté de 3% hier et rebondit légèrement ce matin 88,15$ (+0,8%), tandis que le cours du caoutchouc a plongé de 3% ce matin à Tokyo en raison d'une baisse de la demande du secteur automobile... En Asie, les rares statistiques du jour n'ont pas remonté le moral des investisseurs : Au Japon, la production industrielle a progressé moins que prévu en avril (+0,2% sur un mois), et en Inde, le PIB du 1er trimestre a lui aussi déçu, avec une hausse de 5,3%, contre des attentes à plus de 6% de la part des économistes... Du côté des valeurs, les exportatrices japonaises sont particulièrement vulnérables ce matin face à la hausse du Yen, qui rabote leur compétitivité. Le titre du groupe électronique Ricoh perd 4% et celui de Honda Motor cède 2,4%, Mazda Motors chute de 4% et et Canon abandonne 3,5%. Les statistiques de production industrielle et l'absence de signes de relance venant de Chine ont aussi fait chuter les valeurs nipponnes de la construction comme Komatsu (-2,6%) et Hitachi Construction Machinery (-2%)...