Filière oeuf : le gouvernement opte pour des solutions au cas par cas

  • A
  • A
Filière oeuf : le gouvernement opte pour des solutions au cas par cas
Partagez sur :

Plan d'action pour les producteurs...

A l'issue de la réunion de concertation de la filière avicole avec le gouvernement sur le sujet de la crise conjoncturelle de surproduction que traversent les volaillers français, il est apparu aux parties, d'une part nécessaire que le marché retrouve son équilibre et travaille à son avenir. D'autre part, il est apparu indispensable d'aider les producteurs à surmonter leurs difficultés. Un plan d'action en faveur de la filière oeuf est donc en cours de mise en place. Tirer les leçons de la crise et valoriser à l'export A leur niveau, les producteurs doivent tirer les conséquences de la situation de déséquilibre du marché et trouver des débouchés à l'excédent actuel du marché. La filière va rechercher des voies de valorisation de son excédent à l'export, et hors du secteur de l'alimentation humaine. Pour ce faire, il a été prévu de mobiliser le réseau économique de l'Etat à l'international pour accompagner la filière, via l'interprofession, dans son développement sur de nouveaux marchés : mobilisation des attachés agricoles, de FranceAgriMer de la Sopex et d'UbiFrance. Les actions de promotions, que souhaiterait entreprendre l'interprofession sur de nouveaux marchés à l'étranger et en France, seront soutenues. Il est prévu que le Ministère facilite les formalités administratives à l'export. Actionner les leviers caritatifs D'autre part, il est prévu de faire de cet excédent de production une opportunité pour les associations caritatives au travers de dons d'oeufs. Le ministère jouera un rôle de coordination entre les professionnels et les associations caritatives pour rendre possible la mise en place d'une telle opération, si les deux parties le souhaitent. Entre 100.000 et 250.000 oeuf par semaine pourraient être écoulés par ce canal. Bienveillance financière Des solutions immédiates doivent être trouvées pour les producteurs se trouvant dans des situations individuelles difficiles. Les producteurs d'oeufs, qui rencontrent des difficultés de trésorerie du fait de la faiblesse des cours, peuvent solliciter leur caisse MSA pour une prise en charge partielle de leurs cotisations ainsi qu'un échéancier de paiement. Le Ministre a également sollicité les établissements de crédits afin qu'un point soit effectué individuellement sur l'état de la trésorerie des producteurs d'oeufs, et que soient examinées "avec la plus grande bienveillance" les solutions financières adaptées à chaque cas. Stéphane Le Foll a ainsi sollicité Bernard Cazeneuve pour "des délais de paiement ou de remises gracieuses au regard des différents impôts et taxes auxquels ils sont assujettis". Préparer l'avenir Dans le cadre du développement des perspectives d'avenir de la filière, le Ministre a proposé à la filière les services d'un Inspecteur général de l'agriculture pour aider l'interprofession à se développer sur de nouvelles compétences. Deux pistes sont évoquées. Il s'agit de travailler à la création d'outils de suivi et de connaissance du marché sur la base des données statistiques mises à disposition par les services du ministère. La création de structures communes pour la recherche de nouveaux marchés est prévue. En cas de difficultés dans l'application des contrats, le Ministre a invité chacun à recourir aux services du médiateur des relations commerciales agricoles. En outre, Stéphane Le Foll a indiqué qu'il réunirait d'ici la fin du mois d'ao�"t la grande distribution. Mise en place d'un Comité de suivi en Bretagne Pour la Bretagne, principale région productrice, le Préfet de région mettra en place dès la fin de semaine un Comité de suivi des mesures présentées. Le Préfet a indiqué qu'il mettrait en place un guichet unique afin de répondre de façon individuelle et rapide aux producteurs en difficultés.