Faut-il être riche pour résider en maison de retraite ?

  • A
  • A
Faut-il être riche pour résider en maison de retraite ?
Partagez sur :

Les tarifs explosent...

"S'offrir" une place en maison de retraite est aujourd'hui un luxe. Une place coûte en moyenne 1.857 euros par mois au résident, alors que le montant de la pension tourne autour de 900 euros seulement. C'est le résultat d'une étude menée par le cabinet d'études KPMG, auprès de 323 établissements publics et privés. Un prix exorbitant qui n'est pas sans lien avec l'évolution du marché immobilier, et qui rappelle l'urgence d'une réforme sur la dépendance. Des effets de seuils selon la taille de la structure L'étude souligne d'importants écarts de tarification selon la taille des établissements et la situation géographique. Plus la structure est grande, plus les prix sont élevés. Le cabinet souligne toutefois un effet de seuil, pour les maisons de retraite dont la capacité d'accueil est comprise entre 70 et 89 lits. "Il s'agit, en effet, d'une taille considérée comme critique pour les gestionnaires des établissements. Cette taille permet à la fois de répartir les charges fixes et d'absorber le coût de l'administration et de l'encadrement", commente KPMG. En Ile-de-France, où les tarifs sont en moyenne plus élevés - 108,83 euros par jour contre 87,63 euros en province - la taille qui permet d'obtenir un coût moins important, se situe entre 90 et 119 lits, en raison du poids des charges de structure dans le tarif journalier, et notamment du coût des locaux. Les coûts de l'immobilier impactent sur le tarif de la prise en charge Cette différence de prix observée entre l'Ile-de-France (2.242 euros/mois; +26%) et la province, "provient essentiellement du coût de l'immobilier supérieur en Ile-de-France. 25% du coût journalier d'un EHPAD concerne l'immobilier. Parallèlement, le patrimoine des EHPAD du panel est vieillissant : 60% des établissements de l'échantillon ont plus de 20 ans, ce qui a conduit un certain nombre d'entre eux à investir lourdement", explique Loïc Ballet, associé chez KPMG. Le coût élevé des places en maison de retraite, pousse à repenser les modes de prises en charge de la dépendance, d'autant que la demande ne va cesser d'augmenter : selon l'Insee, en 2060 les personnes âgées de plus de 80 ans représenteront 10% de la population totale contre 4,5% actuellement. A côté de ces établissements d'accueil pour personnes âgées dépendantes, il faut donc développer d'autres solution comme la prise en charge à domicile, ou en adaptant les EHPAD à la progression de certaines pathologies. François Hollande a annoncé une grande réforme sur le sujet, d'ici "la fin de l'année"...