Facebook perd ses amis pas paquet de 12 à Wall Street

  • A
  • A
Facebook perd ses amis pas paquet de 12 à Wall Street
Partagez sur :

Les pertes annoncées et l'absence de prévisions font plonger le titre à Wall Street...

Une chute de 8% hier soir à Wall Street, et de 6% en post clôture après l'annonce de ses comptes... Le titre Facebook n'en finit plus de chuter pour retrouver ses points bas boursiers du début du mois de juin, malgré les rumeurs relatives à un smartphone que le groupe développerait avec HTC Corp. D'après les sources de l'agence Bloomberg, l'appareil pourrait sortir courant 2013. Facebook travaillerait sur un système d'exploitation adapté au téléphone et aurait aussi constitué une équipe d'anciens d'Apple pour améliorer son application iPhone... Ce qu'ont retenu les analystes, ce sont les pertes annoncées par la firme Internet de Mark Zuckerberg. Facebook a en effet dévoilé des résultats du second trimestre dégradés : Le réseau social affiche ainsi un trou de 157 millions de dollars (0,08$ par action), contre un bénéfice de 240 millions de dollars (0,11$ par action) un an auparavant. Le bpa ajusté ressort cependant positif à 0,12$, stable par rapport à l'an dernier, alors que les revenus du groupe internet ont grimpé à 1,18 milliard de dollars, contre 895 millions de dollars sur la même période de l'exercice précédent. Pas de prévisions Mais c'est aussi l'absence d'objectifs chiffrés qui inquiète les investisseurs. Malgré la confiance affichée de Mark Zuckerberg pour les mois à venir, le groupe n'a pas fourni de prévisions pour le trimestre en cours, ce qui a été perçu comme un mauvais signe. "Le fait qu'il n'y a pas de prévisions dans le communiqué de presse va amener certains à se demander si les objectifs annuels sont en mesure d'être atteints", a estimé Richard Greenfield, analyste chez BTG, cité par l'agence Reuters. Après la grosse déception Zynga, qui a dévissé en Bourse de près de 40% hier soir après de lourdes pertes, le secteur en ligne n'est décidément pas à la fête à Wall Street actuellement.