Facebook limite la casse à Wall Street et sauve les 30$

  • A
  • A
Facebook limite la casse à Wall Street et sauve les 30$
Partagez sur :

Modèle en question...

Facebook qui dévissait en séance jeudi a réussi finalement à sauver la barre des 30$ en clôture, en recul de seulement 0,8% à 30,98$ à Wall Street. Citigroup, Stifel Nicolaus ou encore BMO avaient initialement déclassé le dossier. La déprime n'est toutefois pas générale, puisque JP Morgan conseille à l'inverse de profiter de la faiblesse de court terme sur la valeur pour se placer. JPM fixe ainsi un cours cible de 35$ et recommande le dossier à "surpondérer". Tournant Le réseau social californien de Menlo Park était attendu au tournant pour ses publications financières du quatrième trimestre. Après l'introduction en bourse catastrophique de mai 2012, le titre avait progressivement regagné les faveurs des analystes en Bourse, reprenant 60% depuis octobre pour se rapprocher de son cours d'IPO de 38$, sans toutefois parvenir à l'atteindre... Pour le dernier trimestre calendaire et fiscal, le groupe de Mark Zuckerberg a ainsi dévoilé des résultats supérieurs aux attentes des analystes... sans pour autant totalement convaincre des marchés devenus très exigeants sur le dossier. Comme attendu, le groupe a tenté de mettre l'accent sur ses ambitions dans le segment mobile. Dépenses croissantes Certains opérateurs se sont encore inquiétés des dépenses croissantes du réseau social. Le groupe a terminé l'année 2012 avec 4.600 salariés, soit une croissance de 44% en comparaison de la fin de l'exercice 2011. Le directeur financier, David Ebersman, envisage ainsi des dépenses annuelles totales, hors coûts de compensations actions, en augmentation de 50% environ en 2013... En attendant, le bénéfice net du dernier trimestre 2012 est ressorti à 64 millions de dollars et 3 cents par titre, contre 302 millions et 14 cents par action un an avant. Le résultat net a donc décroché de 79% en glissement annuel, malgré une vive croissance de 40% des facturations à 1,59 Md$. Le consensus en termes de ventes était de 1,51 Md$. Les revenus publicitaires ont augmenté de 41% à 1,33 Md$, après 36% de hausse sur le précédent trimestre. Hors éléments, le bénéfice aurait été de 17 cents par titre pour le trimestre clos, contre un consensus logé à 15 cents. Mobile rentable Concernant le "mobile", Facebook a précisé avoir généré 306 M$ de revenus publicitaires sur le segment, ce qui représente 23% du total des recettes "pub", contre seulement 14% durant le troisième trimestre ! Mark Zuckerberg a une fois de plus insisté sur l'opportunité du marché mobile, qui "permet d'atteindre plus de gens, avec un engagement plus grand"... "Je pense que nous serons en mesure de faire plus d'argent pour chaque minute passée par les gens avec nous sur des appareils mobiles", a estimé le jeune prodige du web. La base mensuelle d'utilisateurs globale de Facebook a quant à elle progressé de 25% en comparaison de l'année antérieure, avec... 1,06 milliard de comptes revendiqués. 680 millions d'utilisateurs accèderaient à Facebook chaque mois en utilisant justement un appareil mobile. D'ailleurs, le groupe estime que pour la première fois, le nombre des utilisateurs mobiles accédant quotidiennement au site a dépassé celui des utilisateurs quotidiens "fixes".