Facebook : les jeunes seraient-ils déjà lassés du réseau social ?

  • A
  • A
Facebook : les jeunes seraient-ils déjà lassés du réseau social ?
Partagez sur :

Des analystes s'inquiètent pour l'avenir du réseau social

Facebook a publié début mai des résultats trimestriels rassurants, mais certains analystes s'inquiètent pour son avenir... Ils ont en effet constaté que de nombreux jeunes utilisateurs se détournaient déjà du réseau social pour s'orienter vers les nouvelles applications qui se multiplient : Twitter, Snapchat (sur lequel les messages s'autodétruisent) mais aussi WhatsApp, Line ou encore Viber. S'il se confirmait que les plus jeunes se lassaient de Facebook, cela pourrait remettre en cause le modèle économique du groupe, qui parie sur la fidélisation et la monétisation de sa première génération d'utilisateurs, ainsi que sur le dynamisme de ses membres les plus jeunes pour "recruter" de nouveaux amis sur le web. Or, la migration actuelle des internautes des terminaux fixes vers les mobiles s'accompagne d'une tendance à surfer sur de nombreuses applications de messagerie plutôt que sur une en particulier, ce qui ne facilitera pas la tâche de Facebook pour faire croître ses recettes publicitaires, soulignent certains analystes sceptiques. Phénomène marginal ou tendance de fond, cette possible désaffection est difficile à mesurer dès aujourd'hui, d'autant qu'aucune étude précise n'a été publiée sur le sujet. Facebook ne publie ainsi pas de ventilation de ses utilisateurs par classe d'âge, et dément toute lassitude de la part des jeunes internautes : l'information a même été qualifiée récemment de "légende urbaine" par David Ebersman, le directeur financier du groupe. Il a reconnu que les internautes actifs utilisaient simultanément plusieurs services, mais assuré que cela portait pas préjudice à Facebook. Cependant, un récent rapport du cabinet Pew Research Center a révélé que 40% des utilisateurs Facebook américains de 18 à 29 ans prévoyaient de passer moins de temps sur ce réseau cette année, seuls 1% prévoyant d'augmenter leur temps de présence sur Facebook. Le titre à la peine en Bourse Les doutes de certains investisseurs sur l'avenir de Facebook interviennent alors que circulent depuis quelques jours des  rumeurs selon lesquelles l'opérateur télécoms AT&T pourrait cesser de vendre le smartphone "Facebook Phone", à peine un mois après sa sortie ! Les ventes de ce téléphone fabriqué par HTC, qui propose l'interface Facebook dès sa page d'accueil, seraient très décevantes, avec moins de 15.000 appareils écoulés en un mois, affirme ainsi le site spécialisé 'Bgr.com'. Un an après son introduction en Bourse, Facebook peine toujours à retrouver son cours d'introduction de 38$ par action, même si le titre a fortement rebondi par rapport à ses plus bas de septembre 2012, à moins de 18 dollars. Le réseau social revendiquait au 31 mars plus d'un milliard d'utilisateurs (+23% en un an) dans le monde, dont  751 millions sur des appareils mobiles (+54% sur un an). Au 1er trimestre, Facebook a dégagé un bénéfice net de 219 millions de dollars, contre 205 millions de dollars un an plus tôt (+7%) pour des revenus de 1,46 milliards de dollars (+38%), dont 30% ont été réalisés dans le mobile. Les recettes publicitaires ont grimpé de 43% à 1,25 milliard de dollars, un signe jugé plutôt rassurant par les investisseurs.