Facebook : énorme rebond, le potentiel "mobile" salué

  • A
  • A
Facebook : énorme rebond, le potentiel "mobile" salué
Partagez sur :

Après le désastre de l'introduction en bourse, Facebook semble donc enfin donner de réels espoirs aux investisseurs...

Le titre Facebook rebondissait de pratiquement 13% après bourse hier soir à Wall Street, de retour sur les 22 dollars, après des comptes trimestriels supérieurs aux attentes et un discours plutôt convaincant de Mark Zuckerberg concernant la stratégie "mobile" du réseau social. Mark Zuckerberg, le fondateur et CEO, s'est dit fier du milliard de personnes utilisant Facebook chaque mois, ainsi que des 600 millions d'utilisateurs mobiles. "Les gens qui utilisent nos produits mobiles sont plus engagés, et nous pensons que nous pouvons augmenter cet engagement plus encore, alors que nous continuons d'introduire de nouveaux produits qui améliorent notre plateforme. Dans le même temps, nous intégrons profondément la monétisation dans nos équipes produit afin de construire une compagnie plus forte et valable". La communauté financière conquise Si le bpa n'a que légèrement dépassé le consensus, les revenus se sont bien redressés. Zuckerberg a su par ailleurs reconquérir la communauté financière, en la rassurant à propos de la capacité de Facebook à profiter pleinement du marché de la publicité mobile. Pour l'heure, les publicités sur appareils mobiles ont généré 150 millions de dollars sur le trimestre écoulé, ce qui ne représente que 14% du chiffre d'affaires. Mais ces chiffres sont à rapprocher des 10 millions de dollars du second trimestre (estimation des analystes). Facebook aurait donc multiplié son chiffre d'affaires mobile en comparaison du trimestre antérieur, certainement grâce aux nouveaux services proposés cette année pour les utilisateurs du réseau, sur tablettes et smartphones. Après le désastre de l'introduction en bourse, Facebook semble donc enfin donner de réels espoirs aux investisseurs. Zuckerberg juge d'ailleurs que l'opportunité du groupe dans le mobile reste encore très mal comprise par la communauté financière.