Fabius juge "probable" que la France ne tienne pas son objectif de baisse des déficits publics en 2013

  • A
  • A
Fabius juge "probable" que la France ne tienne pas son objectif de baisse des déficits publics en 2013
Partagez sur :

"Il faut qu'on ne coupe pas ce qui reste de croissance, ce serait une faute", explique le ministre des Affaires étrangères...

C'est le premier des ministres à évoquer cette possibilité... Laurent Fabius a jugé "probable" ce mercredi que la France ne tienne pas son objectif de baisse des déficits publics en 2013. La Cour des comptes a estimé hier, dans son rapport annuel, que Paris ne parviendrait pas à atteindre le chiffre de 3%. "Je pense que c'est probable", a confirmé le ministre des Affaires étrangères sur Canal+. "Il faut qu'on ne coupe pas ce qui reste de croissance, ce serait une faute, mais en même temps il faut qu'on soit sérieux et le mot 'économies' fait partie du vocabulaire". Le ministre du Budget Jérôme Cahuzac a réagi un peu plus tard de façon plus modérée, au micro de France Inter. "Ce sera effectivement très difficile", a-t-il reconnu. "La probabilité d'atteindre cet objectif s'est amenuisée au fur et à mesure que la croissance pâlissait non seulement en France mais plus généralement dans la zone euro et même dans le monde", a-t-il ajouté. Le calendrier n'est pas changé Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a indiqué pour sa part que le gouvernement s'en tenait au calendrier annoncé pour une éventuelle révision. La première étape sera la présentation du programme de stabilité le 15 mars au Parlement. La France prévoit de ramener cette année ses déficits publics de 4,5% à 3% de son PIB. Elle se base pour cela sur un scénario de croissance de 0,8% de son économie... Un objectif qui paraît aujourd'hui très optimiste au vu des prévisions des économistes. La Commission européenne doit publier le 22 février ses propres chiffres, auxquels la France confrontera les siens. "C'est dans ce contexte là que nous verrons s'il faut réévaluer ou non et quelles conséquences tirer de ces prévisions", a expliqué Pierre Moscovici, pour qui "le calendrier n'est pas changé (...) et tout cela doit se faire dans le bon ordre"...