Eva Joly promet la création de près d'un million d'emplois "verts" d'ici 2020, réaliste ?

  • A
  • A
Eva Joly promet la création de près d'un million d'emplois "verts" d'ici 2020, réaliste ?
Partagez sur :

La candidate d'Europe écologie les verts a décidé de s'attaquer à la préoccupation nuéro une des Français...

Avec seulement 2% d'intentions de vote au premier tour des élections présidentielles (d'après un sondage CSA pour RMC, BFMTV et '20 minutes'), la candidate d'Europe écologie les Verts (EELV), Eva Joly s'attaque à la préoccupation numéro une des Français : l'emploi. Dans une première ébauche de son projet, la candidate verte assure que la destruction des emplois découlant d'une reconversion progressive du nucléaire (70.000 emplois directs et indirects) et la perte de 65.000 postes engendrés par l'abandon des énergies fossiles seraient largement compensées par les postes créés dans une logique de transition vers une économie verte. D'après les calculs d'EELV, l'objectif de réhabiliter 900.000 logements aux normes "basse consommation" engendrera la création de 440.000 emplois dans le secteur du bâtiment. Parallèlement, le développement des filières solaire, éolienne, bois et biogaz génèreront respectivement 80.000; 40.000; 15.000 et 6.000 emplois. Eva Joly ajoute que le démantèlement du parc nucléaire est susceptible de créer une nouvelle filière, dont les emplois ne sont pas comptabilisés dans son projet. La candidate prévoit également le développement de l'offre de transports collectifs (+30.000 emplois) qui pèsera toutefois sur la filière automobile (-60.000 emplois). Enfin, la conversion de l'agriculture française ouvrirait la voie à 75.000 nouveaux emplois. Le projet présidentiel de la candidate verte comporte également un volet sur le "vivre mieux" qui mènerait à la création de 490.000 emplois supplémentaires : 200.000 dans la politique du logement, 200.000 dans la prise en charge de la dépendance et 90.000 dans les crèches. Dans un contexte de politique de réduction des déficits, Eva Joly assure que "les créations d'emplois dans le nouveau modèle énergétique n'auront que peu de conséquences sur le budget de l'Etat", les moyens de production appartenant à des opérateurs indépendants qu'ils soient publics (EDF) ou privés (GDF Suez). Certains chiffres du projet de la candidate font cependant débat notamment en ce qui concerne l'abandon du nucléaire. Henri Proglio, PDG d'EDF avait estimé que cela engendrerait la suppression d'un million de postes. Par ailleurs, d'après une enquête menée par Pôle emploi entre avril et mai 2011 sur les demandeurs d'emploi inscrits au 31 décembre 2010, seulement 24% de ceux cherchant un poste dans la filière verte ont trouvé leur bonheur contre 28% pour les autres. L'étude soulignait par ailleurs le manque d'offres de formation dans le domaine alors que pour les diplômés, les postes proposés demeurent précaires...