Entreprises : "poussins" contre "censeurs"

  • A
  • A
Entreprises : "poussins" contre "censeurs"
Partagez sur :

Plaidoyer pour la création d'entreprises...

Un acteur clé de la nouvelle économie hausse le ton pour soutenir les autoentrepreneurs, dont le statut est menacé par le gouvernement. Bruno Vanryb, PDG de l'éditeur informatique Avanquest Software, publie ainsi ce matin dans 'Les Echos' un plaidoyer pour la création d'entreprises, aussi petites soient-elles. Partant du constat que les "800.000 autoentrepreneurs sont considérés comme quantité négligeable par certains de nos décideurs aujourd'hui", il calcule qu'ils pourraient créer 60.000 à 100.000 emplois supplémentaires, si une proportion de ces micro-entreprises parvient à se développer sans freins. "Alors, messieurs les censeurs", lance-t-il à l'adresse du gouvernement, "avant de vouer aux gémonies un statut qui a rendu la dignité à des centaines de milliers de Français, merci d'y réfléchir à deux fois !" Pas si mal... Actuellement, même si la moitié seulement des autoentrepreneurs parvient à dégager un revenu "significatif" de son activité, "cela fait tout de même 400.000 Français qui, sans ce statut, seraient probablement au chômage ou au RSA. Ce n'est pas si mal, non ?" estime le chef d'entreprise, qui préside aussi le collège éditeurs au Syntec Numérique, l'organisation patronale des sociétés informatiques. Petits poussins Par la suite, si 10% de ces 400.000 "poussins" créaient un seul emploi, cela aboutirait à 40.000 emplois de plus. Et si 10% de ceux qui ont créé un seul emploi se développaient avec 2 ou 3 embauches supplémentaires, la France compterait 4.000 nouvelles entreprises ! Une fois encore, si 10% de ces TPE, soit 400 sociétés, parvenait à ajouter entre 5 et 20 employés, on obtiendrait 2.000 à 8.000 emplois supplémentaires. Enfin, "il n'est pas délirant d'imaginer que 10% d'entre elles, soit une quarantaine, rencontreront vraiment le succès, deviendront des ETI (entreprises de taille intermédiaire) employant entre 200 et 1.000 salariés, avec un impact encore plus important sur le marché du travail !" poursuit Bruno Vanryb. En conclusion, "même si rien n'est certain", les autoentrepreneurs d'aujourd'hui "disposent d'un potentiel de création d'emplois complémentaires allant de 60.000 à 100.000 emplois !"