Emploi : premier bilan positif pour le CICE, mais pas de miracle...

  • A
  • A
Emploi : premier bilan positif pour le CICE, mais pas de miracle...
Partagez sur :

Il permet la création d'emplois sans pour autant faire baisser le chômage...

Le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) serait efficace, mais il ne suffira pas à faire baisser le chômage en France. Ce crédit d'impôt aurait ainsi permis de créer 15.000 emplois au second semestre et pourrait en créer 30.000 sur l'ensemble de 2013, a estimé l'Insee, hier, en marge de la présentation de sa note de conjoncture, qui a confirmé une petite embellie de l'économie en fin d'année.   Le Cice aurait aussi contribué au redressement du taux de marge des entreprises non financières, qui passerait de 28,3% à 28 ,7% entre 2012 et 2013. Ce qui permettrait aussi au taux d'autofinancement des entreprises de 65,9% à 70,8%, précise l'Institut, qui s'attend à ce que les effets positifs du CICE  sur les finances des entreprises s'amplifient en 2014, après une phase de décollage en 2013.   Pas de baisse du chômage en vue   Pour autant, le Cice ne suffira pas à faire baisser le chômage, qui devrait se maintenir autour de 11% de la population active d'ici à la fin de l'année, estime l'Insee. Certes, après quatre trimestres de recul, l'emploi total se remettrait à progresser aux troisième et quatrième trimestres, avec 10.000 puis 28.000 créations nettes d'emplois, prévoit l'Insee. Cependant, pour compenser l'augmentation naturelle de la population active et faire diminuer le chômage, c'est 30.000 emplois par trimestre qu'il faudrait créer. Cet objectif sera difficile à atteindre en 2014, compte-tenu des prévisions de croissance économique molle l'an prochain (entre 0,8% et 0,9% de hausse du PIB). "Pour que le chômage baisse, il faudrait que les emplois aidés progressent à un rythme soutenu et que les effets du Cice se matérialisent fortement", a indiqué hier à la presse Cédric Audenis, le chef du département de la conjoncture de l'Insee.   Compétitivité des entreprises   Mesure phare pour redresser la compétitivité des entreprises française, le Cice permet depuis le 1er janvier 2013 aux entreprises de bénéficier d'un crédit d'impôt sur les salaires inférieurs à 2,5 fois le Smic. Son financement est en partie assuré par les hausses de TVA de 7 à 10% et de 19,6 à 20% prévues au 1er janvier prochain. Cependant, son co�"t promet d'être très élevé pour l'Etat : 9,7 milliards d'euros prévu en 2014, ce qui en fait la niche fiscale la plus co�"teuse... Et ce co�"t devrait encore augmenter pour atteindre 20 MdsE en 2016 lorsque le dispositif aura atteint son rythme de croisière... Les détracteurs du Cice soulignent la complexité de la mise en place du dispositif pour les entreprises, et réclament plutôt une baisse généralisée des cotisations sociales versées par les employeurs.