Emploi : nette hausse du chômage en février

  • A
  • A
Emploi : nette hausse du chômage en février
Partagez sur :

Des chiffres qui tombent au plus mauvais moment pour le gouvernement !

Le chômage a poursuivi sa hausse en février... D'après les chiffres publiés mercredi soir par le ministère du Travail, le nombre d'inscrits dans la catégorie A, sans la moindre activité, recensés le mois dernier, était de 3.347.700 en France métropolitaine. Cela représente 31.500 personnes de plus (après seulement +8.900 en février), soit une hausse de 0,9% (+4,7 % sur un an). Ce chiffre correspond donc à un nouveau record... Le chômage des jeunes repart en hausse Dans le détail, après plusieurs mois de repli et une stabilisation en janvier, le nombre de demandeurs d'emploi de moins de 25 ans inscrits en catégorie A est reparti en hausse (+0,3% en février, -1,5% sur un an). Le nombre de ceux âgés de 25 à 49 ans augmente de 1% (+3,9% sur un an) et celui des demandeurs d'emploi de 50 ans et plus s'accroît encore de 1,3% (+12,1% sur un an). En ajoutant les catégories B et C, les personnes qui ont exercé une activité réduite, le nombre d'inscrits à Pôle emploi a progressé de 0,2% pour s'élever à 4.937.800 en France métropolitaine et 5.236.300 en incluant les départements d'Outre-mer. L'équation se complique pour le gouvernement Ces mauvais chiffres tombent au plus mauvais moment, celui de l'entre-deux tour des élections municipales. Les électeurs pourraient sanctionner une fois encore la promesse non tenue de François Hollande, celle d'inverser la courbe du chômage. Au premier tour, le scrutin a en effet été marqué par un net recul du PS, sur fond d'abstention, et par une forte montée du Front national. Seul lot de consolation pour le gouvernement sur le front de l'emploi, d'après les données de l'INSEE publiées début mars, le taux de chômage au sens du Bureau international du Travail (BIT) a reculé de 0,1% au quatrième trimestre 2013, à 10,2 % de la population active en France, Dom compris. Une première depuis la mi-2011. "Les chiffres contrastent avec les derniers indicateurs disponibles", ne manque d'ailleurs pas de faire remarquer le ministre du Travail, Michel Sapin dans un communiqué. "Cette divergence, observée en 2013, devra être analysée au 1er trimestre 2014, pour comprendre les raisons d'une dynamique plus forte des inscriptions à Pôle emploi, en particulier pour les plus âgés, alors que les autres indicateurs du marché du travail s'améliorent", ajoute-t-il. Le taux de chômage devrait malgré tout continuer à progresser de manière modérée. Selon la Commission européenne, il culminera à 11% à la fin de cette année, après +10,8% en 2013. En 2015, il se maintiendrait à 11%.