Emploi : la polémique enfle autour des chiffres du chômage

  • A
  • A
Emploi : la polémique enfle autour des chiffres du chômage
Partagez sur :

La baisse du nombre de demandeurs d'emplois constatée au mois d'ao�"t (-50.000) n'est "ni une inversion de la courbe", "ni une aberration statistique", a déclaré ce jeudi matin le ministre du Travail, Michel Sapin au micro de France Inter. De son côté, la classe politique française met en doute la performance réalisée. Radiations exceptionnellement élevées Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A (sans emploi) a diminué de 1,5% en ao�"t, soit de 50.000, pour s'établir à 3.2 millions de personnes en France métropolitaine. Les données peuvent cependant "être affectées par une hausse exceptionnellement forte des sorties de Pôle emploi pour défaut d'actualisation (277.500 contre 200.000 le mois précédent)", précisent la Dares et Pôle Emploi. A la gauche de la gauche, Jean-Luc Mélenchon s'interroge : "je trouve très curieux qu'en ao�"t aient été rayés des listes 277.000 dossiers pour défaut d'actualisation. C'est 77.000 de plus qu'en juillet. On n'a jamais vu ça. C'est le record absolu de radiation", a-t-il déclaré mercredi soir sur RTL. "Il y a aussi une diminution des entrées (...) cela veut dire qu'il y a moins de fin de missions de CDD (...) d'intérim, de licenciements économiques (...) c'est le signal le plus important", a cependant nuancé Michel Sapin. Pour le ministre du Travail, l'amélioration est réelle, comme le montrent d'autres données. "Les embauches ont augmenté en juillet et en ao�"t", a-t-il déclaré. Les déclarations de recrutement de plus d'un mois, hors intérim, enregistrées par l'Acoss ont en effet progressé en ao�"t, de +1,3 %, après avoir bondi de 3,1% en juillet. Une baisse du chômage boostée par les contrats aidés ? Pour autant, Michel Sapin se veut prudent. "Ce n'est pas parce que cela baisse en ao�"t que cela ne va pas remonter après (...) l'inversion de la courbe ce sont plusieurs situations qui s'améliorent (...) durablement", a-t-il reconnu. A droite, on dénonce un tour de "passe-passe". "Le chômage ne baisse pas. On continue de mentir aux Français. Il y a eu 77.000 non-réinscriptions. On compte 540.000 contrats aidés pour une durée courte", a fustigé le patron de l'UMP, Jean-François Copé sur RMC. "On est sur des emplois créés par des financements publics (...) et pas par une baisse du co�"t du travail", a renchéri Christian Jacob (UMP) sur Europe 1. "Ces emplois ont été créés avec 5 milliards d'euros d'impôts supplémentaires", a-t-il ajouté. Mais pour Michel Sapin, l'argument ne tient pas : "Il y a aujourd'hui, à peine autant de personnes en contrats aidés qu'en juin 2012, quand ils (la droite, ndlr) ont quitté le pouvoir. Sauf que nous offrons des emplois durables (...) trois ans pour permettre à un jeune de retrouver un emploi", a martelé le ministre...