Embarras déontologique chez les agents du fisc avec l'affaire Cahuzac

  • A
  • A
Embarras déontologique chez les agents du fisc avec l'affaire Cahuzac
Partagez sur :

Le mauvais exemple donné par l'ex-ministre du Budget pèse sur le terrain...

La fameuse "affaire Cahuzac" ne met pas dans l'embarras que le gouvernement... L'ex-ministre du Budget a finalement avoué cette semaine avoir ouvert un compte en Suisse pour dissimuler ses revenus... Une décision qui coïncide avec le lancement par la Direction générale des finances publiques d'une campagne de déontologie à l'attention de ses agents... Une campagne axée notamment sur leurs obligations fiscales. 'Le Parisien' s'est procuré ce courrier : "En raison de la nature des fonctions qui leur sont dévolues et des prérogatives dans le cadre de leurs missions, les agents de la DGFIP, doivent par un respect de devoir éthique et de morale professionnelle observer avec un soin tout particulier leurs obligations fiscales". En clair, pas question d'oublier ou de dissimuler des sources de revenus... Ainsi, "les agents qui auront délibérément manqué à leurs obligations fiscales déclaratives et/ou contributives feront alors l'objet d'une procédure disciplinaire". "L'amalgame est fait entre lui et nous" François Hollande, qui a mis l'accent depuis le début de son mandat sur la moralisation de la vie politique, tente de contrer le scandale provoqué par cette "affaire Cahuzac". Evoquant une "faillite individuelle", il a annoncé la mise en oeuvre avant l'été de la réforme du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), un projet de loi prévoyant une lutte "impitoyable" contre les conflits d'intérêts et l'interdiction de tout mandat public pour les élus condamnés pour fraude fiscale et corruption. Mais chez les agents du fisc, le mauvais exemple donné par Jérôme Cahuzac pèse sur le terrain. "Depuis deux jours, nos collègues en contact avec le public, notamment aux services du recouvrement et du redressement, sont pris à partie", témoigne dans '20 Minutes' Vincent Drezet, le secrétaire général du syndicat Solidaires-Finances publiques. "L'amalgame est fait entre lui et nous", constate-t-il...