Electricité : une hausse de 30 euros inscrite sur la facture cet automne ?

  • A
  • A
Electricité : une hausse de 30 euros inscrite sur la facture cet automne ?
Partagez sur :

Un projet arrêté aurait été déposé auprès du CSE pour corriger la hausse limitée du gouvernement décidée en 2012/2013.

Faut-il s'attendre à une hausse de la facture d'électricité ? D'après les informations du journal xtref=http%3A%2F%2Fnews.google.fr%2Fnews%2Furl%3Fsr%3D1%24ct2%3Dfr%252F1_0_s_0_101_a%24sa%3Dt%24usg%3DAFQjCNGJUZ_nkezTVrLK0H2f7WTWYuHoVA%24cid%3D52778935791344%24url%3Dhttp%253A%252F%252Fwww.leparisien.fr%252Feconomie%252Felectricite-la-facture-edf-va-augmenter-d-au-moins-30-euros-03-07-2014-3974983.php%24ei%3DOEO2U_yeIunKigbkzoC4CQ%24dcid%3DCATEGORY_CITED%24rt%3DSECTION%24vm%3DSTANDARD%24bvm%3Dsection%24did%3D2467319805810358321%24sid%3Dfr_fr%253Ab%24ssid%3Db">'Le Parisien / Aujourd'hui en France', un rattrapage de 30 euros en moyenne serait réclamé aux 29 millions de clients EDF, soit 92% des ménages Français. Ce montant pourrait s'élever à 45 euros pour les professionnels. Hausse rétroactive Un projet d'arrêté allant en ce sens aurait été déposé auprès du Conseil supérieur de l'énergie (CSE) pour faire suite à une demande du Conseil d'Etat. En avril dernier, il avait réclamé une hausse rétroactive sur les tarifs d'ao�"t 2012 à ao�"t 2013. A cette époque, le gouvernement avait limité la hausse des prix de l'électricité à 2%, pour préserver le pouvoir d'achat des Français. Mauvais timing Si l'arrêté est validé, le rattrapage pourrait être réclamé par EDF à l'automne prochain. Une annonce qui tombe mal pour le gouvernement, Ségolène Royal ayant récemment annoncé son souhait de ne pas augmenter les tarifs de l'électricité au 1er ao�"t prochain. Initialement, ils devaient progresser de 5%, conformément à un autre arrêté paru au Journal officiel en ao�"t 2013. Le Premier ministre, Manuel Valls, avait toutefois recadrer la ministre de l'Environnement en indiquant qu'il y aurait bien une hausse des tarifs à l'automne, mais qu'elle serait inférieure à 5%. Pour mettre un terme aux désaccords entre le gouvernement et le Conseil d'Etat sur la fixation des tarifs, l'exécutif planche actuellement sur une réforme.