EDF : nouvelle proposition aux partenaires italiens sur Edison

  • A
  • A
EDF : nouvelle proposition aux partenaires italiens sur Edison
Partagez sur :

L'électricien public français propose à la holding Delmi, qui regroupe les actionnaires italiens d'Edison, de racheter les titres qu'elle détient dans trois ans...

EDF a rencontré ce lundi ses partenaires italiens afin d`évoquer avec eux la réorganisation actionnariale et industrielle d'Edison. Lors de cette rencontre, l'électricien a proposé une nouvelle structure qui permettrait de répondre à un double objectif, à savoir accéder à la demande de Delmi de pouvoir disposer d`une clause de liquidité à terme pour ses titres Edison, et faire émerger un nouvel acteur de l`énergie renouvelable en Italie. EDF a ainsi proposé de s'engager à racheter les titres Edison détenus par Delmi, dans trois ans et à un prix qui serait déterminé à partir d'un multiple d'EBITDA d'un échantillon de sociétés cotées comparables. Ainsi, les partenaires qui souhaiteraient céder leurs titres pourraient bénéficier des efforts de redressement de la rentabilité du groupe Edison. EDF a en outre proposé à A2A et Iren d'échanger leurs participations respectives de 20% et 10% dans Edipower contre 100% du capital de la société Edens, actuellement filiale à 100% d`Edison et 4ème producteur d`électricité d`origine renouvelable en Italie. Par ailleurs, A2A et Iren disposeraient d`une option permettant d`acquérir la centrale hydroélectrique de Mese à une valeur de marché dans 3 ans. Cette centrale d`une capacité de 372 MW est située dans la province de Sondrio (Lombardie) et son acquisition éventuelle dans 3 ans permettrait de renforcer ce nouvel acteur de l`énergie renouvelable en Italie. Cette restructuration s`inscrirait dans la définition d`un nouveau projet industriel pour Edison prévoyant une gouvernance simplifiée et donnant le contrôle majoritaire à EDF. EDF, qui veut faire d'Edison sa plate-forme de développement dans l'amont gazier, entend permettre au groupe italien de se développer dans le bassin méditerranéen en matière de production thermique et hydraulique. Il prévoit en outre de "préserver l'identité italienne" de la société, avec le maintien de son siège et de sa cotation à Milan et d'une "forte base actionnariale italienne".