Ecotaxe : Marylise Lebranchu redoute des violences à Quimper samedi

  • A
  • A
Ecotaxe : Marylise Lebranchu redoute des violences à Quimper samedi
Partagez sur :

Une nouvelle manifestation est prévue, malgré le recul du gouvernement sur cette mesure...

Malgré son recul sur sur l'écotaxe cette semaine, le gouvernement attend avec appréhension les manifestations programmée à Quimper samedi. "Je pensais que cette manifestation n'aurait plus lieu, puisqu'elle suivait celle de Pont-de-Buis (organisée le week-end dernier, ndlr)", contre cette mesure désormais suspendue, a dit Marylise Lebranchu, la ministre bretonne de la Réforme de l'Etat, sur Europe 1 vendredi. "J'espère surtout qu'il n'y aura pas de violence", a-t-elle ajouté. On a des retours nous disant qu'un certain nombre de groupes sont déjà sur place, et ont l'intention de faire de cette manifestation quelque chose d'un peu plus violent qu'on ne pourrait malheureusement espérer. On nous a parlé de groupes (anti) mariage pour tous, extrêmes", notamment, a-t-elle expliqué. "Pas un acte politique" "Même quand on casse beaucoup, et qu'il y a beaucoup de factures d'argent public derrière, parce qu'il faut réparer, on perd aussi des possibilités de subventions. La violence de toute façon n'est pas un acte politique", a ajouté la ministre. Elle a rappelé qu'après l'annonce de la suspension de cette taxe très controversée, plusieurs syndicats avaient indiqué qu'ils ne se déplaceraient pas à Quimper. D'autres, à l'image de la FSU, Solidaires ou encore de la CGT, ont organisé un autre mouvement, toujours en Bretagne, mais à Carhaix. Six Français sur dix estiment que la suspension de l'écotaxe poids-lourds, décidée finalement cette semaine par l'exécutif, est une bonne chose, selon le dernier sondage Tilder-LCI-Opinionway. Sur 1.008 personnes interrogées mardi et mercredi, 60% soutiennent cette décision contre 39%qui se disent d'un avis contraire. Les Français qui ont voté pour Nicolas Sarkozy au second tour de la présidentielle sont encore plus favorables (64%) à la décision que ceux qui avaient choisi François Hollande (59%).