EADS devrait racheter 1,56% de son capital à l'Etat français

  • A
  • A
EADS devrait racheter 1,56% de son capital à l'Etat français
Partagez sur :

Les négociations ont démarré avec le groupe aéronautique et de défense...

Le groupe EADS a commencé à discuter avec l'Etat français pour l'éventuelle acquisition de 1,56% du capital qu'il détient sur la base d'un prix unitaire de 37,35 euros, soit le prix retenu dans le cadre de la cession par Lagardère de ses actions la semaine dernière. L'opération serait réalisée hors marché, précise l'industriel, dans le cadre du programme de rachat de titres récemment annoncé. Selon nos calculs, l'Etat pourrait en retirer quelque 484 millions d'euros bruts. Le groupe prévoit aussi de faire appel à un intermédiaire financier pour la mise en oeuvre du programme de rachat, conformément à ce que préconise l'AMF. Il communiquera le moment venu les modalités du programme ainsi que les ressources qui lui seront allouées. 12% pour la France Le nouveau tour de table d'EADS, qui vient d'entrer en vigueur, a ramené la participation de l'Etat français de 15% à 12% dans la maison-mère d'Airbus, avec une part de 3% mise sous séquestre auprès d'une fondation néerlandaise indépendante. Ce schéma avait été adopté pour éviter que les Etats français, allemand et espagnols ne franchissent pas la barre de 30% du capital du groupe. La France et l'Allemagne en conservent 12% chacun, l'Espagne 4%. Le rachat annoncé ce lundi concerne donc une partie de ces titres mis sous séquestre et s'inscrit dans le cadre du programme de rachat de titres pour un maximum de 15% annoncé le 13 avril dernier par EADS. Il intervient quelque semaines après la vente par l'Etat français, pour environ 449 millions d'euros, de 3,12% du capital de l'équipementier aéronautique Safran, destinée à financer un renforcement des fonds propres de la Banque publique d'investissement.