Du mieux pour l'industrie manufacturière en Chine

  • A
  • A
Du mieux pour l'industrie manufacturière en Chine
Partagez sur :

L'indice d'activité est ressorti supérieur aux attentes...

Bonne nouvelle pour la Chine... L'indice d'activité manufacturière avancé des directeurs d'achats compilé par Markit et HSBC est ressorti supérieur aux attentes et permet à la Bourse de Shanghai de progresser, à contrario de la plupart des autres marchés de la région. Le HSBC PMI manufacturier flash d'ao�"t est en effet ressorti à 50,1 points, après 47,7 points en juillet et un consensus positionné à 48,2 (source Bloomberg). Rappelons que ce type d'indice signale une expansion lorsqu'il est positionné au-delà des 50 points, et une contraction quand il se trouve en-deçà. La croissance manufacturière chinoise a commencé à se stabiliser en s'appuyant sur une modeste embellie des affaires nouvelles et de la production, explique l'économiste Hongbin Qu, en charge de l'étude, qui pense que les premiers bénéfices des mesures de soutien sont en train d'apparaître, et pourrait conduire à des surprises à la hausse pour la croissance chinoise dans les prochains mois. Rebond "cohérent" Pour l'équipe économique Asie de Nomura, emmenée par Zhiwei Zhang, ce net rebond de l'indice PMI manufacturier est cohérent par rapport aux autres indicateurs disponibles, confirmant la stabilisation économique et la réduction des risques baissiers sur le second semestre 2013. L'embellie repose essentiellement sur la demande intérieure, note le spécialiste, en mettant en avant la décrue des commandes à l'export. Zhiwei Zhang pense désormais que son anticipation de croissance du PIB du 3ème trimestre, +7,4%, pourrait être conservatrice, et que l'économie chinoise pourrait finalement ré-accélérer par rapport au second trimestre (+7,5%). Quoi qu'il en soit, nous estimons improbable une forte reprise au-delà de 8% au second semestre, car la hausse des taux d'intérêts va grever l'investissement, prévient celui qui reste circonspect sur l'année 2014, dont il n'attend qu'une croissance de 6,9% pour la seconde économie mondiale.