Des cobayes, les "amis" de Facebook ?

  • A
  • A
Des cobayes, les "amis" de Facebook ?
Partagez sur :

Ils sont en tous cas très nombreux à manifester leur indignation, après la publication des résultats d'une étude menée par le réseau social, dédiée à la "contagion émotionnelle".

De simples cobayes, les "amis" du réseau Facebook ? Ils sont en tous cas très nombreux à manifester leur indignation, après la publication des résultats d'une étude menée par le réseau social, dédiée à la "contagion émotionnelle". Menée en janvier 2012 conjointement par Facebook et des scientifiques, son objectif était de mesurer, au moyen de modifications dans les algorithmes, l'impact de la diffusion de messages négatifs ou positifs sur les utilisateurs. Expérience massive "Nous démontrons, via une expérience massive, menée sur plus de 689.000 personnes sur Facebook, que les états émotionnels peuvent être transmis à d'autres par la 'contagion émotionnelle', conduisant les gens à éprouver les mêmes émotions sans qu'ils en prennent conscience. Nous apportons la preuve expérimentale que la 'contagion émotionnelle' se produit sans interaction directe entre les gens, et en l'absence totale de signes non verbaux", peut-on lire sur le site de la revue Comptes rendus de l'Académie nationale des sciences (PNAS), qui a publié les résultats de cette recherche. "Aimez le réseau ou quittez-le" Face à la colère de nombreux utilisateurs, qui se sentent manipulés, Adam Kramer, un des trois scientifiques qui a mené cette étude, a publié un post sur le réseau social. "Le but de nos recherches est d'offrir un meilleur service", se défend-il. "Ayant mené moi-même cette expérience, je peux vous assurer que le but n'était pas d'ennuyer qui que ce soit", poursuit-il, se disant "désolé" de la manière dont l'article qui fait état des résultats de cette recherche a pu créer de l'anxiété chez les lecteurs, et rappelant que cette expérience remonte à début 2012. De quoi calemr les esprits ? "Aimez le réseau ou quittez-le" réagit un utilisateur...