Dernier délai ce soir 20 heures pour les candidats à la reprise de SFR

  • A
  • A
Dernier délai ce soir 20 heures pour les candidats à la reprise de SFR
Partagez sur :

Le seul candidat déclaré pour le moment est la holding Altice, maison-mère de Numericable...

Les candidats à la reprise de SFR ont jusqu'à ce soir pour se déclarer... Vivendi, la maison-mère de l'opérateur a fixé cette date butoir pour officialiser les offres fermes de ses prétendants. D'après 'Le Monde', qui dévoilait en début de semaine cette information corroborée par plusieurs sources, l'objectif serait notamment d'obliger Bouygues, qui est intéressé, à mettre une offre sur la table. Le seul candidat déclaré pour le moment est la holding Altice, maison-mère de Numericable. Vivendi n'a pas apporté de confirmation officielle de cette "mise aux enchères" de SFR, mais les spécialistes s'accordent à dire qu'elle est opportune et permettra de jauger des forces en présence tout en évitant une trop grande spéculation. Au pire des cas, les prétendants ne se bousculent pas et Vivendi pourrait continuer les négociations entamées avec Numéricable. Dans un scénario avec davantage d'acteurs, la valorisation de SFR pourrait en profiter, alors que sa maison-mère semble miser sur 15 milliards d'euros environ. Combien de prétendants ? Bouygues Télécoms, actuellement le numéro trois français du mobile, fait partie des prétendant officieux les plus cités. L'opérateur redoute en effet de se retrouver isolé dans le paysage français en cas de rapprochement SFR/Numericable. Fragilisé, il serait alors à la merci d'une offre de Free mobile (Iliad)... et cette option déplaît fortement au patron de Bouygues, Martin Bouygues, d'après plusieurs analystes financiers. Parmi les autres candidats potentiels figurent d'ailleurs Iliad. 'Les Echos' indiquaient la semaine dernière qu'il n'existait pas d'offre concrète, mais que "les équipes des deux groupes ont repris le contact pour évaluer les possibilités". A ces candidats potentiels s'ajouterait, toujours selon 'Le Monde', le fonds d'investissement CVC Capital Partners, propriétaire de Sunrise, qui est aussi le deuxième opérateur mobile en Suisse. Seul prétendant dont l'intérêt a été confirmé par Vivendi, Altice en a dit plus sur sa stratégie en cas de réussite de l'opération. Patrick Drahi, le président de la maison-mère de Numericable, s'est engagé mardi dans les colonnes du 'Figaro' "à ne pas licencier, à conserver les 8.500 emplois chez SFR et les 2.400 emplois chez Numericable, et même recruter des commerciaux pour le marché des entreprises". Selon l'offre détaillée dans le quotidien, Altice verserait 11 milliards en numéraire à Vivendi, qui conserverait 32% de la nouvelle entité. "Altice détiendrait lui plus de 50% de l'ensemble SFR-Numericable. L'opération serait financée par une dette apportée par un syndicat bancaire regroupant les principaux noms de la place de Paris et par une augmentation de capital de 3 milliards d'euros de Numericable souscrite à hauteur de 75% par Altice", d'après le schéma dévoilé par Patrick Drahi.