Déficits : le calendrier sera "bientôt précisé", selon Valls

  • A
  • A
Déficits : le calendrier sera "bientôt précisé", selon Valls
Partagez sur :

Le Premier ministre confirme des discussions avec Bruxelles...

Quel sera le calendrier de la France en matière de déficits ? "Nous allons préciser notre trajectoire budgétaire, financière dans les prochains jours", a répondu Manuel Valls sur RMC et BFM TV mercredi, au lendemain de sa déclaration de politique générale face à l'Assemblée. L'Insee a annoncé lundi dernier un déficit à 4,3% du produit intérieur brut en 2013... Un échec pour le gouvernement qui s'était fixé un objectif de 4,1%. Et ce résultat met un peu plus la pression sur Paris, alors que Bruxelles lui réclame de revenir à 3% de déficit public à la fin 2015. Discussions avec Bruxelles La nouvelle trajectoire des finances publiques devrait être présentée au Parlement dans deux semaines, puis aux partenaires de la France. Le nouveau gouvernement n'a pour l'instant pas voulu confirmer qu'il arriverait à réduire le déficit public sous la limite européenne de 3% du produit intérieur brut fin 2015 comme la France s'est engagée à le faire après avoir obtenu l'an dernier un délai de deux ans. Interrogé sur l'hypothèse pour la France de demander un nouveau délai, Manuel Valls a répondu : "Il y a des discussions avec (le ministre des Finances) Michel Sapin et le commissaire Olli Rehn qui a en charge ces questions à Bruxelles." "C'est le rythme de cette baisse des déficits d'une part et aussi quels sont les secteurs qui sont concernés, comment nous pouvons à la fois baisser nos déficits et préserver notre modèle social", a ajouté le Premier ministre. "Plus de recettes" "A partir du moment où les réformes de structure et les choix que nous venons de faire, notamment pour les entreprises, nous permettent de trouver plus de compétitivité et donc de produire plus de richesse pour notre pays, nous aurons aussi plus de recettes", a-t-il poursuivi. "C'est cette équation qui est complexe, je ne dis pas que la tâche est facile, que nous devons trouver." Même son de cloche pour Michel Sapin, sur Radio Classique, qui a assuré mercredi qu'avec "plus de croissance financée par des économies, il y aura une diminution de notre déficit", faisant allusion au "pacte de responsabilité et de solidarité" détaillé la veille par Manuel Valls. "Nous ne changeons rien à nos objectifs, nous ne changeons rien à nos engagements, nous ne changeons rien par rapport à nos partenaires", a ajouté le ministre des Finances.