Déficit budgétaire : Bruxelles appelle Paris à détailler ses économies

  • A
  • A
Déficit budgétaire : Bruxelles appelle Paris à détailler ses économies
Partagez sur :

Bruxelles estime que "le niveau de détail des mesures d'assainissement budgétaire est insuffisant"

"La France doit faire un certain nombre de réformes pour gagner en compétitivité. C'est un besoin pour l'économie française (...) je tiens à dire que ce n'est pas imposé par la Commission", a déclaré lundi après-midi son président, José Manuel Barroso, lors d'une conférence de presse.  L'organe exécutif européen a fait part de ses recommandations, suite aux programmes de stabilité transmis par l'ensemble des Etats membres en avril dernier. Concernant la France, Bruxelles estime que "le niveau de détail des mesures d'assainissement budgétaire est insuffisant" et que "des risques pèsent sur les objectifs du gouvernement". Peu de détails Rappelons que la France a pour objectif de ramener son déficit sous les 3% du PIB fin 2015, contre 3,4% prévu par la Commission. Pour y parvenir, Bercy a annoncé un plan d'économies de 50 milliards d'euros dont 21 milliards rien qu'en 2015. Un montant que Bruxelles juge "très ambitieux". Or, la Commission a déjà accordé un délai supplémentaire de deux ans à la France pour ramener son déficit sous les 3%. A ses yeux, il est donc "particulièrement important que le budget 2014 soit rigoureusement exécuté et que des efforts d'assainissement substantiels soient résolument poursuivis en 2015". Pacte de responsabilité : insuffisant ! Par ailleurs, sur le Pacte de responsabilité, la Commission se montre sceptique. Si les 30 milliards d'euros d'allègements de charges promis aux entreprises vont dans le bon sens, ils ne suffiront pas à restaurer la compétitivité de la France. En outre, ce montant "est du même ordre que l'augmentation générale de la fiscalité des entreprises enregistrée entre 2010 et 2013, et ne comblerait qu'à moitié le fossé entre la France et la moyenne de la zone euro en termes de cotisations sociales patronales", déplore la Commission. Elle appelle le gouvernement à les réduire davantage...