De nouvelles propositions en vue d'ici la mi-février pour soutenir la filière automobile en France

  • A
  • A
De nouvelles propositions en vue d'ici la mi-février pour soutenir la filière automobile en France
Partagez sur :

Après une année 2011 qui s'est soldée par une contraction moins importante que prévu...

Le secteur automobile français ne sait pas trop sur quel pied danser pour 2012, après une année 2011 qui s'est soldée par une contraction moins importante que prévu des immatriculations. Le gouvernement a fait savoir que des propositions pour un "Pacte automobile de seconde génération", à l'image de celui mené à bien en 2009, seront soumises d'ici la mi-février. Le Ministre de l'industrie Eric Besson a de surcroît mis en avant la "mobilisation inédite" du gouvernement en faveur du secteur, via le programme "véhicule du futur" doté de 750 Millions d'Euros, le maintien en 2012 du "bonus écologique", le Fonds de modernisation des équipementiers automobiles, OSEO ou les aides à l'investissement dans les territoires. Hier, l'organisation professionnelle du secteur en France, le CCFA, a dévoilé le premier bilan de l'année 2011, la première "post-prime à la casse", qui ne se sera finalement soldée que par un recul de 1% des immatriculations de véhicules légers, dont un peu plus de 2,2 millions de voitures particulières (-2,1% et -1,7% à nombre de jours ouvrables comparables). Le segment des utilitaires légers est donc en hausse avec 429.258 immatriculations (+2,8%). La baisse du marché s'est d'ailleurs matérialisée en toute fin d'année avec une nette contraction en novembre, suivie d'une chute des immatriculations de voitures particulières de 17,8% au mois de décembre. Cette fin d'année difficile confirme que les risques reposent désormais sur 2012 et en particulier sur le premier semestre avec des carnets de commandes à des niveaux très bas chez les constructeurs malgré les fortes remises accordées fin 2011. Chez les constructeurs français, Renault et PSA ont connu une activité très déprimée en décembre avec des immatriculations de voitures particulières en chute de 29% chez PSA et de 28% chez Renault, en dépit donc des remises allant jusqu'à 30% accordées par les marques sur certains véhicules...