Crise : que se passe-t-il à Chypre ?

  • A
  • A
Crise : que se passe-t-il à Chypre ?
Partagez sur :

L'imposition des dépôts bancaires pourrait déstabiliser une nouvelle fois le secteur bancaire européen

Chypre secoue les marchés financiers en ce début de semaine... Les derniers développements de la crise de la dette dans ce pays, où l'imposition des dépôts bancaires, annoncée dimanche, pourraient déstabiliser une nouvelle fois le secteur bancaire européen. Les valeurs bancaires européennes chutent lourdement lundi matin, entraînant dans leur sillage les Bourses du Vieux Continent, dans la crainte d'une nouvelle dégradation de la situation économique et financière de l'Europe. Le pétrole cède 1% à 92,50$ le baril de brut WTI, tandis que l'or, à l'inverse, retrouve quelque peu son statut de valeur refuge avec une progression de 0,7% à 1.606 Dollars l'once. Une taxe sans précédent Ce week-end, Chypre, qui négocie depuis des mois une aide européenne pour sauver son système bancaire de la faillite, a donc annoncé la création d'une taxe allant jusqu'à 10% sur tous les dépôts bancaires du pays. Cette mesure radicale et sans précédent a été imposée par l'Union européenne comme condition au versement d'une aide de 10 milliards de dollars à l'île méditerranéenne. L'annonce a aussitôt entraîné une panique chez les clients des banques, qui se sont précipités sur les distributeurs automatiques pour retirer leurs économies. Pour leur part, les milieux financiers ont été choqués par la radicalité de cette mesure, qui pourrait créer un précédent et entraîner des retraits précipités de liquidités des banques dans d'autres pays, faisant réapparaître le spectre de nouvelles crises bancaires en Europe... L'option "la moins douloureuse" Selon le projet, dont les détails sont encore en négociations avec Bruxelles, les dépôts bancaires des Chypriotes seront ponctionnés de 6,7% jusqu'à 100.000 euros et de 9,9% au-delà. Le président chypriote Nicos Anastasiades a estimé hier avoir choisi l'option la moins douloureuse, l'alternative étant une défaillance générale du système bancaire chypriote, très exposé à la Grèce voisine mais aussi aux capitaux russes... Selon des sources proches des tractations, le gouvernement local négocierait des aménagements du projet pour les petits épargnants. Le temps presse, car le parlement chypriote doit en principe se prononcer dès aujourd'hui sur le plan de sauvetage de l'Union européenne...