Crédit Agricole repasse dans le vert, malgré les dépréciations colossales

  • A
  • A
Crédit Agricole repasse dans le vert, malgré les dépréciations colossales
Partagez sur :

Le titre progresse de près de 2% à la Bourse de Paris...

Le Crédit Agricole tient le choc ce vendredi à la Bourse de Paris... Le titre est même repassé dans le vert en fin de matinée, et progresse de 2,1% peu après 11 heures. La banque a annoncé que plus de 4 milliards d'euros d'exceptionnels grèveront ses comptes du 4ème trimestre 2012. Le titre avait enchaîné trois séances de baisse sur fond de rumeurs de dépréciations ces derniers jours, rumeurs qui sont donc avérées. Ce qui sauve essentiellement le groupe ce matin, c'est le fait que les principales charges soient purement comptables donc sans sorties de fonds, et qu'elles ne grèvent pas les ratios bancaires réglementaires, qui sont déjà jugés étriqués par les analystes. L'établissement va ainsi déprécier sa banque de financement et d'investissement à hauteur de 466 millions d'euros, sa filiale de courtage Newedge pour 366 millions d'euros, sa branche de crédit à la consommation pour 923 millions d'euros et sa banque de proximité à l'international pour 921 millions d'euros (dont 852 millions d'euros pour l'Italie). Enfin, la valeur de la participation détenue dans Banco Espirito Santo est dépréciée de 267 millions d'euros. Au total, cela représente 2,676 milliards d'euros. Ce ne sont cependant pas les seules charges qui viennent grever les comptes du 4ème trimestre 2012. Un impact négatif de 850 millions d'euros est attendu sur le produit net bancaire au titre de la réévaluation de la dette. Il faut rappeler que tous les établissements seront concernés par une telle évolution, du fait de l'amélioration des conditions de refinancement sur le trimestre. Changement de méthode comptable Une charge d'impôts supplémentaire de 130 millions d'euros sera en outre prise du fait de la taxe exceptionnelle sur la réserve de capitalisation des compagnies d'assurance. Enfin, comme cela a été indiqué la semaine dernière, le changement de méthode comptable au sein des caisses régionales concernant la valorisation des titres SAS La Boétie entraînera un impact de 160 millions d'euros environ sur la contribution des caisses au résultat consolidé. Tous ces éléments exceptionnels totalisent donc 4,083 milliards d'euro, dont 3,233 milliards d'euros pour le bas du compte de résultats et 850 millions d'euros pour le haut (produit net bancaire). Beaucoup d'exceptionnels encore au quatrième, de quoi envisager, si tout va bien, des résultats plus normalisés cette année, commente ce matin dans une brève un analyste de la place.