Crédit Agricole : quitter la Grèce à tout prix ?

  • A
  • A
Crédit Agricole : quitter la Grèce à tout prix ?
Partagez sur :

La banque devra payer le prix pour mettre fin à ce fiasco économique...

L'aventure grecque sembl een passe de se solder pour le Crédit agricole, mais la banque devra en payer le prix... Alpha Bank, National Bank of Greece et Eurobank ont déposé des offres de reprise pour des montants qui n'ont pas été communiqués, mais qui s'annoncent d'ores et déjà symboliques. La banque verte est en effet pressée de couper les ponts afin de recentrer l'attention des investisseurs sur ses autres actifs plus sains, de façon à faire remonter un cours de bourse qui plongé de plus de 76% depuis l'entrée en bourse à 16,60 euros il y a onze ans. Très lourde facture Les rumeurs évoquent une recapitalisation préalable de 2 à 2,5 milliards d'euros pour Emporiki, dont les 23 milliards d'euros d'encours de prêts sont inférieurs aux dépôts des clients. Mais l'hémorragie pourrait ne pas s'arrêter là, comme le rappelle ce matin 'Le Figaro', en évoquant les quelque 600 millions d'euros de capitaux logés au sein de la filiale, qui seraient abandonnés, tandis que les autorités locales pourraient aussi demander l'abandon d'une partie des 5 milliards d'euros de liquidités engagées dans Emporiki. La fin d'un fiasco ? L'opération Emporiki aura été un vrai fiasco économique pour la banque, mais les investisseurs préfèrent encore que le Crédit Agricole s'en débarrasse plutôt que de tenter de redresser la barre. La preuve ? Depuis que des avancées concrètes vers la cession ont été obtenues, le cours de l'action a bondi de 35% en bourse sur les 11 dernières séances...