Coup de pouce de l'assemblée au secteur du jeu vidéo

  • A
  • A
Coup de pouce de l'assemblée au secteur du jeu vidéo
Partagez sur :

L'objectif est de "juguler la véritable hémorragie des entreprises et des emplois du secteur du jeu vidéo français"...

L'Assemblée nationale a accordé son coup de pouce à l'industrie du jeu vidéo française... Elle s'est en effet prononcée en faveur de l'élargissement du crédit d'impôt jeu vidéo (CIJV). L'agence française pour le jeu vidéo rappelle que cette aide concerne "les développeurs de jeu sur console, téléphones mobiles, ordinateurs qu'ils soient filiales ou studios indépendants, (...) soumis à l'impôt sur les sociétés (ou exonérée d'IS en application de dispositions spéciales du CGI)". Dans un communiqué commun, les ministres Aurélie Filippeti (Culture), Bernard Cazeneuve (Budget), et Fleur Pellerin (Economie numérique) se félicitent de cette réforme qui permettra de "juguler la véritable hémorragie des entreprises et des emplois du secteur du jeu vidéo français partis au Canada et aux �?tats-Unis à la faveur des outils fiscaux de ces pays : en 5 ans, la France a en effet perdu plus de 50 % des emplois de son secteur". Soutenir les nouveaux marchés Dans le détail, le délai d'obtention de l'agrément définitif passera de 36 à 72 mois, "afin d'adapter le dispositif aux temps de production pour les nouvelles consoles des jeux au co�"t de développement supérieur à 10 millions d'euros". Par ailleurs, les députés ont validé des volets "qui visent à soutenir les nouveaux marchés des jeux sociaux et mobiles à petit budget, un segment sur lequel la France est très bien placée, et à stimuler le développement des jeux 'AAA', qui sont les jeux au budget de création le plus élevé". Cette réforme a été adoptée alors qu'une étude de l'IDATE montre que le marché mondial du jeu vidéo (marché des équipements compris) se porte très bien. Il devrait progresser de 53,9 milliards d'euros en 2013 à 82,1 milliards d'euros en 2017, ce qui représente une croissance moyenne de 11,1% par an. Deux raisons expliquent cette dynamique : le début des cycles de vie des dernières générations de consoles portables et de consoles de salon ; et la progression remarquable des segments de jeux sur terminaux nomades et de jeux en ligne. L'IDATE estime néanmoins que la nouvelle génération de consoles devrait connaître un rythme de croissance moins important que celui observé pour la précédente génération. Les consoles subissent en effet une concurrence de plus en plus vive issue des segments du jeu nomade et du jeu en ligne.