Comptes publics : la Cour salue les efforts, la situation reste préoccupante

  • A
  • A
Comptes publics : la Cour salue les efforts, la situation reste préoccupante
Partagez sur :

Le président de la Cour des comptes s'est exprimé devant le président de la République, au cour d'une audition solennelle...

"La situation des comptes publics reste très sérieuse et toujours préoccupante et justifie un engagement fort pour retrouver l'équilibre des comptes, afin de garantir que notre souveraineté ne soit pas remise en cause", a déclaré vendredi Didier Migaud, président de la Cour des comptes, lors d'une audition solennelle, en présence de plusieurs ministres et du président de la République. Répartir les efforts, résorber le déficit des comptes sociaux Didier Migaud s'est cependant "réjoui" que l'Etat ait pris en compte ses alertes. En juin dernier, la Cour a rappelé que le gouvernement devrait trouver 33 milliards d'euros supplémentaires en 2013, pour atteindre son objectif de réduction du déficit (3% du PIB), si toutefois la croissance atteignait 1%. Pour redresser les finances publiques, le président des "Sages", a rappelé l'importance de répartir l'effort entre "maîtrise des dépenses et hausse des recettes". Il a aussi plaidé pour "des mesures de réduction du poids de la dépense publique sur les dispositifs les moins efficaces" et sur l'urgence de "résorber le déficit des comptes sociaux", une véritable "anomalie". "La Nation n'a jamais eu autant besoin qu'aujourd'hui d'acteurs impartiaux, comme le sont les juridictions financières, pour garantir la transparence de la gestion publique, en toute indépendance", a prévenu Didier Migaud. Un haut conseil pour valider les prévisions du gouvernement En réponse, le Président de la République a annoncé qu'un projet de loi sera bientôt présenté, dans lequel figurera la création d'un haut conseil chargé de valider les prévisions économiques du gouvernement et de s'assurer du respect des objectifs en matière d'évolution des finances publiques. Ce haut conseil, sera présidé par le premier président de la Cour des comptes, institution dite indépendante. "Trop de gouvernements se sont souvent par le passé laissés guider par des prévisions exagérément optimistes et le plus souvent démenties", a souligné François Hollande. Rappelons cependant que, le gouvernement a indiqué cette semaine qu'il maintenait, pour le moment, sa prévision de croissance à 1,2% pour 2013. Prévision jugée optimiste par de nombreux économistes...