Combien vont dépenser les étudiants pour leur loyer ?

  • A
  • A
Combien vont dépenser les étudiants pour leur loyer ?
Partagez sur :

Les études publiées à la veille de la rentrée se contredisent.

Difficile de savoir comment évoluent les loyers pour les étudiants, alors que les études publiées à la veille de la rentrée se contredisent. La semaine dernière, le syndicat étudiant Unef annonçait une hausse pour les petites surfaces, mesurée à +3,1% à Paris et +2% en province entre 2013 et 2014. Des chiffres qui sont contredits ce lundi par le baromètre location-étudiant.fr : "après plusieurs années de hausse atteignant parfois des prix records, les loyers ont amorcé une baisse qui tend à se généraliser sur l'ensemble des grandes villes françaises à l'exception de Paris", constate-t-il. Dans le détail, Paris reste l'exception qui confirme la règle, avec une progression constatée cette année de +0,54% sur les studios, soit un loyer moyen estimé à 744 euros et +3,68% sur les 2 pièces (1.249 euros). Mais contrairement à la capitale, les loyers en région parisienne ont subi un fléchissement dans onze des quinze villes étudiées à la fois pour les studios et pour les 2 pièces, ce qui matérialise une baisse dans 73% des villes. Levallois-Perret, Neuilly, Asnières et Courbevoie, mais aussi Versailles et Meudon voient les prix résister, sans embellie pour le portefeuille des étudiants. 13 villes de province sur 20 C'est en province que les prix reculent vraiment, d'après ce baromètre. "Cette baisse des loyers pour les studios concerne 13 villes de province sur 20 soit 65% des villes étudiées et 70% pour les 2 pièces avec 14 villes concernées", constatent les auteurs de cette étude. Les prix des studios progressent toujours à Bordeaux, Poitiers, Nantes ou Rouen, avec des variations comprises entre +0,6 et +1,5%, la palme revenant à Strasbourg, où il faut débourser en moyenne 451 euros (+2,9%). En revanche, les tarifs s'effondrent à Marseille (-14,2% pour les deux pièces), à Nice (-11,6%) sur les studios ou à Toulouse (-15,17% pour les studios) ou enregistrent des reculs sensibles à Lille (-4,3%) ou à Grenoble (-4%) pour les studios. "C'est la première fois que le baromètre location-etudiant.fr indique tant d'indicateurs verts. Même si certaines villes résistent, nous assistons à un phénomène de baisse sans précédent ses 10 dernières années sur le marché locatif des petites surfaces qui se portent habituellement très bien", explique Brice Boullet, le président de Location-etudiant.fr. In note néanmoins que cette tendance reste "à confirmer sur les 12 prochains mois, le baromètre comparant les prix des loyers constatés dans les 35 principales villes étudiantes françaises chaque mois d'ao�"t".