Clap de fin pour Atari ?

  • A
  • A
Clap de fin pour Atari ?
Partagez sur :

Le groupe a déposé le bilan

Le titre Atari a été suspendu de cotation, après avoir ouvert une procédure de faillite aux Etats-Unis (dite "Chapter 11"), pour les entités américaines du groupe, qui a longtemps retardé l'échéance, mais a fini par assécher complètement ses sources de financement. Les dernières tentatives de redressement de l'éditeur, qui a passé 11 exercices consécutifs dans le rouge entre 2000 et 2011, étaient alimentées par des montages financiers avec des fonds, car tout appel au marché lui était restreint pas son passé houleux. Malgré un timide retour aux bénéfices, obtenu au forceps en allégeant drastiquement la structure et le périmètre d'action, les activités n'ont jamais vraiment généré les liquidités nécessaires à leur fonctionnement, si bien que l'entreprise a longtemps vécu au crochet du fonds BlueBay, qui après avoir transformé une partie de ses créances en titres ou en produits convertibles, avait accepté de prolonger à plusieurs reprises l'échéance de ses avances. Cela n'aura pas suffi et les filiales américaines comme françaises s'en sont remises à une procédure collective. Sa filiale européenne également en difficulté Atari SA et Atari Europe SAS, le holding et sa principale filiale européenne, ont également demandé l'ouverture de procédures au titre du Livre VI 'Des difficultés des entreprises' au Tribunal de Commerce de Paris. Les entités américaines ont prévu de céder, sous 90 à 120 jours, la majeure partie sinon de la totalité de leurs actifs. Elles ont fait approuver un financement "debtor in possession" de 5 millions de dollars auprès de Tenor Capital, une entreprise spécialisée dans le financement de sociétés en difficultés. Nombreuses dettes Les documents de demande de "Chapter 11", que nous nous sommes procurés, montrent qu'Atari Inc, la principale filiale américaine, estime le nombre de ses créanciers dans la fourchette 200 à 999 et de ses engagements entre 10 et 50 millions de dollars. En face, la société n'a coché que la case "1 à 10 millions de dollars" quand elle évalue ses actifs. Autant dire qu'il n'y en aura pas pour tout le monde. Elle estime cependant que des fonds seront rendus disponibles pour les créanciers non-privilégiés. Les 30 principaux créanciers non-privilégiés détiennent des dettes allant de 250.000 dollars, pour le plus gros, à 43.000 dollars pour le plus petit, selon les documents. Il faudra encore faire le bilan des actifs du holding, mais les actionnaires ont du souci à se faire compte tenu de l'importance des engagements de la société, même si elle avait dernièrement fait part de ses efforts de désendettement. Pire, le communiqué diffusé hier par Atari Inc sonnait bizarrement puisqu'il était titré "Atari dépose une demande de Chapitre 11 pour se séparer de sa maison-mère française". Le fait que la cotation soit maintenant suspendue place les actionnaires en situation passive par rapport à l'évolution de la situation...