Chômage : le rapport Mestrallet prône l'alternance comme "voie de l'excellence"

  • A
  • A
Chômage : le rapport Mestrallet prône l'alternance comme "voie de l'excellence"
Partagez sur :

Remis au gouvernement par Gérard Mestrallet, il préconise de généraliser la formation des jeunes en entreprise. L'alternance devrait également bénéficier aux chômeurs de longue durée...

Alors que les chiffres du chômage pour le mois de mars seront dévoilés dans les prochaines heures, le PDG de GDF Suez et président de la Fondation agir contre l'exclusion (FACE), Gérard Mestrallet a formulé 150 propositions visant à favoriser l'insertion professionnelle, en particulier via la formation en entreprise. Elles sont compilées dans un rapport remis ce vendredi au gouvernement. Priorité aux jeunes Le document, élaboré en collaboration avec quelques 5.000 entreprises met l'accent sur l'intégration des jeunes, au moment où le taux de chômage des 15-25 ans culmine à 25%. Dans un premier temps, il propose de "rapprocher l'entreprise de l'école" en enseignant par exemple la création de sociétés ou en créant un stage en entreprise pour les futurs enseignants, afin qu'ils apprennent à coopérer avec le milieu des dirigeants. Plus largement, Gérard Mestrallet appelle à développer l'alternance pour en faire "la voie de l'excellence", alors que l'an dernier, dans un contexte de crise économique, "les entrées en apprentissages ont reculé de 8% (273.000 contrats) par rapport à 2012 et celles en contrats de professionnalisation de 5% (117.000)". Les aides à la formation (fiscales, sociales ou financières) pourraient être renforcées. Développer la formation des chômeurs par l'entreprise Arme efficace de lutte contre le chômage, l'alternance aurait d'ailleurs le mérite de bénéficier à un public plus large que les jeunes. Le rapport recommande d'expérimenter le dispositif pour les décrocheurs scolaires ou les chômeurs de longue durée. Ces derniers pourraient également être formés par les entreprises, dans le cadre de leurs structures internes de formation, sans qu'un contrat de travail soit signé. Le dispositif mérite en tout cas d'être expérimenté, estiment les auteurs de l'étude. Ils proposent aussi de créer des formations solidaires. Un chômeur inscrit au Pôle Emploi en catégorie A pourrait être parrainé par un salarié d'une entreprise. Il assisterait à un stage court de formation inter-entreprises en sa compagnie, le salarié mobilisant son DIF ou "bientôt son compte personnel de formation".