Chômage : "la tendance à l'amélioration se confirme", pour le gouvernement

  • A
  • A
Chômage : "la tendance à l'amélioration se confirme", pour le gouvernement
Partagez sur :

Le ministre du Travail, Michel Sapin avait donné le ton...

Sans surprise, les chiffres du chômage pour le mois de septembre ne sont pas bons, après le bug du mois d'ao�"t qui avait faussé les données et suscité la polémique.  Le ministère de l'Emploi appelle à regarder l'évolution sur deux mois. "Une fois lissé ce 'coup d'accordéon', la tendance à l'amélioration observée depuis plusieurs mois se confirme", estime-t-il... + 1,9% sur un mois Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A (sans emploi) a ainsi grimpé de 1,9% (+60.000) en septembre, après -1,5% (théorique) en ao�"t, pour s'établir à 3,29 millions de personnes en France métropolitaine. Sur un an, la hausse est de +8,1% contre +7,3% un mois plus tôt . Dans le détail, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A de moins de 25 ans est en hausse de 3% en septembre (+3,9 % sur un an). Le nombre de ceux âgés de 25 à 49 ans augmente de 1,7 % (+7,6% sur un an) et celui des demandeurs d'emploi de 50 ans et plus s'accroît de 1,4 % (+13% sur un an). Recul plus faible en ao�"t Pour mémoire, en ao�"t dernier, Pôle Emploi avait révélé une baisse inattendue de 50.000 chômeurs. Accueillant ce chiffre avec prudence, l'organisme avait ensuite indiqué qu'un dysfonctionnement des messages vocaux et des SMS de relance chez SFR avait faussé les chiffres. Ils sont envoyés chaque mois, cinq jours avant la clôture de la campagne d'actualisation aux chômeurs n'ayant pas encore effectué leurs obligations de déclaration. La baisse constatée aurait donc été plus faible : entre 22.000 et 29.000 (soit entre -0,7% et -0,9%), selon Pôle Emploi et la Dares. Ce chiffre n'a toutefois pas été pris comme référence pour les données publiées ce jeudi soir. "La seule analyse sérieuse pour ao�"t et septembre consiste à regarder les évolutions sur deux mois, entre fin juillet et fin septembre, pour mesurer la tendance réelle. La hausse est alors de +10 000 pour les deux mois en catégorie A (+0,3 %), soit + 5000 en moyenne par mois", indique le ministère. Inversion de la courbe du chômage Le bug informatique vient un peu plus troubler le message que tente de faire passer le gouvernement sur l'inversion de la courbe du chômage d'ici la fin de l'année. En tout cas, les différents organismes n'y croient pas. Selon l'OFCE qui a publié une note mercredi, le taux de chômage culminera à 11,4% pour la France entière fin 2014. Malgré une stabilisation attendue dans les prochaines semaines, " dès le deuxième trimestre 2014, le marché du travail ne pourra à nouveau plus absorber les flux d'arrivée de population active, et le nombre de chômeurs repartira à la hausse".