Certains établissements bancaires auraient déprécié leurs actifs grecs

  • A
  • A
Certains établissements bancaires auraient déprécié leurs actifs grecs
Partagez sur :

Le 'Financial Times' cite une lettre de l'institut international des mesures comptables (IASB) adressée aux régulateurs européens...

Certaines banques européennes auraient sous-estimé leur exposition à la Grèce, estime le 'Financial Times' qui cite l'institut international des mesures comptables (IASB). Dans une lettre adressée aux régulateurs des marchés européens et citée par le 'FT', l'IASB aurait critiqué la manière dont les établissements ont déprécié la valeur de leurs actifs grecs. "C'est un sujet de grande préoccupation pour nous", aurait déclaré Hans Hoogervorst, président de l'IASB dans la lettre lue par les journalistes du quotidien. La lettre ne vise aucun pays ou établissement en particulier poursuit le 'FT' notant toutefois que l'approche de BNP Paribas et CNP Assurances est critiquée. En outre, suite au second plan d'aide financier accordé à Athènes, "la banque française et l'assureur ont tous deux annoncé des dépréciations de 21% sur leurs actifs grecs" peut-on lire dans les colonnes du quotidien. Ils ont fait valoir qu'en raison de son manque de liquidité, la dette du pays ne pouvait être évaluée aux prix du marché et ont plutôt utilisé une "référence à un modèle" d'évaluation. De leurs côtés, les responsables européens ont insisté lundi sur le fait que les banques avaient un niveau de capitalisation suffisant.