Carrefour peine toujours à trouver la bonne formule

  • A
  • A
Carrefour peine toujours à trouver la bonne formule
Partagez sur :

Le distributeur peine à trouver la bonne formule

Après une nouvelle publication médiocre pour le compte de son exercice 2011, Carrefour ne parvient toujours pas à convaincre... L'action cède -1,8% à 17,14 euros ce jeudi après-midi à la bourse de Paris, alors que le CAC40 progresse dans le même temps de 1,5%. Le groupe a publié un chiffre d'affaires annuel de 91,5 milliards d'euros, en croissance de 1,1% par rapport à 2010 en données publiées et de 0,5% hors essence et à changes constants. Sur le seul 4ème trimestre, les revenus s'établissent à 24,2 milliards d'euros, en retrait de -0,8% à changes constants hors essence. Le consensus de place était positionné à 24,424 milliards d'euros de chiffre d'affaires pour le quatrième trimestre 2011, un niveau très proche de celui du précédent millésime. Le groupe n'a pas lancé de sixième avertissement sur ses résultats, mais a précisé tout de même que son résultat opérationnel courant 2011 serait dans le bas de la fourchette -15 à -20% annoncée précédemment, en comparaison avec 2010 hors Dia, sorti du périmètre. "Pas de miracle au 4ème trimestre 2011", note Oddo Securities ("alléger", objectif 15 Euros) qui souligne que la mention d'un ajustement "pragmatique, pays par pays" de Carrefour Planet "sonne un peu le glas de cet ambitieux programme". Aurel BGC ("vendre", objectif 15 euros) résume de son côté un peu le sentiment ambiant : "aucune bonne surprise", regrette le courtier. "Cette publication n'est pas de nature à changer le sentiment négatif sur la valeur et révèle même de nouveaux points d'inquiétude en Asie. L'arrivée d'un nouveau PDG pourrait éventuellement jouer le rôle de catalyseur mais cela ne fera pas disparaître les difficultés actuelles du groupe", ajoute-t-il. Chez Cheuvreux ("sousperformance", objectif 16 Euros), la publication confirme les difficultés en Europe et recèle deux éléments négatifs, une performance médiocre en Chine et la confirmation d'un ralentissement de la dynamique Atacadao au Brésil. Les analystes ne sont pas surpris que le groupe vise le bas de sa prévision de résultats, le consensus étant déjà ajusté dessus...