Carrefour : chute des ventes non-alimentaires en France

  • A
  • A
Carrefour : chute des ventes non-alimentaires en France
Partagez sur :

Les performances sont mauvaises, mais les analystes ne se faisaient guère d'illusions...

Le distributeur Carrefour a publié ce jeudi ses ventes du 1er trimestre 2012, qui ressortent à 22,49 milliards d'euros, en croissance de 1,5% en glissement annuel sur une base publiée, mais en retrait de -0,1% à magasins comparables, hors essence et à changes constants. La moyenne des attentes de 11 analystes compilée par Bloomberg ressortait à 22,796 milliards d'euros, avec une fourchette allant de 22,29 à 24,49 milliards d'euros. La France a généré 9,355 milliards d'euros (+0,8% en données brutes, -0,3% à magasins comparables, hors essence et à changes constants), le reste de l'Europe 6,179 milliards d'euros (-2,1% en données brutes et -3,8% à magasins comparables, hors essence et à changes constants), l'Amérique Latine a progressé de 9,3% à 4,42 milliards d'euros (+8,6% à magasins comparables, hors essence et à changes constants) et l'Asie a reculé de -0,3% en données brutes (-4,3% à magasins comparables, hors essence et à changes constants). La période a bénéficié d'un effet calendaire favorable, évalué à +2,8% en France, +2,6% en Europe hors France, +1,7% en Amérique Latine mais à -1,1% en Asie. Les hypermarchés français, dont la performance permet de prendre le pouls du dossier, affichent 5,16 milliards d'euros de ventes au 1er trimestre, soit une baisse de -1,8% en données brutes, portée à -3,1% à magasins comparables et hors essence. Dans les hypers intégrés, le trafic recule de -0,3% et le panier moyen de -2,4%. Si les ventes alimentaires à magasins comparables résistent (-0,2%), le non-alimentaire sombre (-10,1%). "Cette baisse du chiffre d'affaires du 1er trimestre reflète un environnement plus difficile qui a touché les ventes non-alimentaires ainsi que les effets attendus à court terme de notre plan d'action, avec notre décision délibérée de poursuivre notre politique d'investissement dans les prix bas et des promotions moins nombreuses mais plus ciblées", explique le distributeur. Carrefour précise que ses hypermarchés "ont commencé à regagner du terrain en matière de compétitivité prix, et sont désormais co-leaders sur les prix de 500 produits de consommation courante à marque nationale". Carrefour a en parallèle accéléré le déploiement des "Drive", le parc comptant 35 points de ventes à la fin du premier trimestre 2012...