Budget : le gouvernement fait un geste pour les revenus les plus modestes

  • A
  • A
Budget : le gouvernement fait un geste pour les revenus les plus modestes
Partagez sur :

C'est qui ressort du budget rectificatif annoncé ce mercredi.

Attaqué de toutes parts, y compris au sein de la majorité, le gouvernement veut soutenir le pouvoir d'achat des salariés modestes. C'est ce qui ressort du budget rectificatif annoncé ce mercredi. Il ne s'agit pas vraiment d'une surprise dans la mesure où il a largement communiqué en amont sur les mesures retenues. Il a néanmoins mis la barre un peu plus haut que prévu. Certes, les allègements d'impôt annoncés (700 euros pour un couple et 350 euros pour un célibataire jusqu'à 1,1 Smic) correspondent bien au projet initial. Ceci étant, Matignon avait dit viser plus de 3 millions de foyers (dont 1,8 million sortant du champ de l'impôt). Finalement, la mesure va profiter à 3,7 millions de ménages dont 1,9 million qui sortiront de l'impôt ou éviteront d'y entrer. Ainsi le co�"t total sera de 1,1 milliard d'euros, soit 10% de plus qu'annoncé initialement. En parallèle, les petits revenus (jusqu'à 1,3 Smic bénéficieront aussi d'allègements de cotisations sociales. Ce système dégressif offrira une économie maximale de 520 euros par an, pour un salarié au Smic. Des projets alternatifs à droite et à gauche Cela permettra-t-il de faire taire les critiques ? Rien n'est moins s�"r car à droite comme à gauche, des voix se sont élevées avant même l'officialisation de ces mesures. Des députés PS ont par exemple plaidé en début de semaine pour une réforme plus marquée en direction des ménages. Ils suggèrent principalement d'instaurer une CSG progressive qui allègerait la note pour 99% des Français. A droite, c'est notamment Gilles Carrez qui est monté au créneau. D'après lui, les réductions d'impôt sont trop ciblées. Il propose de conserver l'esprit de la mesure mais d'en réduire le montant (autour de 130 euros) pour en faire profiter 14 millions de ménages et non 3,7 millions. Les débats promettent donc d'être agités car chacun compte bien défendre ses propositions alternatives par voie d'amendements lors de la discussion budgétaire.