Budget : "la France doit donner l'exemple", dit le patron de la Bundesbank

  • A
  • A
Budget : "la France doit donner l'exemple", dit le patron de la Bundesbank
Partagez sur :

Alors que Paris ne tiendra probablement pas ses objectifs de réduction du déficit.

Alors que la France ne tiendra probablement pas ses objectifs de réduction du déficit cette année et en 2015 faute de croissance, le président de la banque centrale allemande (Bundesbank), Jens Weidmann appelle "Paris à (...) exercer son leadership en donnant le bon exemple, notamment en matière budgétaire". "La France a des défis structurels à relever, elle doit redresser sa compétitivité et réduire le niveau très élevé de ses dépenses publiques", explique-t-il dans un long entretien accordé au journal 'Le Monde'. Objectif déficit compromis Rappelons que Paris s'est engagé auprès de Bruxelles à ramener son déficit budgétaire à 3,8% de PIB fin 2014, après 4,3% fin 2013. En 2015, il doit se situer sous la barre des 3%. Ces projections reposent cependant sur des prévisions de croissance très optimistes. Bercy vise toujours un PIB à +1% cette année, alors que l'activité a été nulle au premier trimestre et que les économistes anticipent une expansion de seulement 0,1% au deuxième. La publication officielle de l'INSEE pour la période avril-juin aura lieu demain, jeudi. La croissance "doit venir de l'intérieur" Face à une activité atone, la France plaide pour des mesures de soutien à la croissance au sein de l'Europe, quitte à repousser les échéances de réduction du déficit, comme l'autorise dans certains cas le pacte de stabilité. Le président de la Banque centrale allemande rappelle toutefois que la croissance doit venir "de l'intérieur". "Ce n'est ni aux gouvernements voisins, ni à la Banque centrale européenne (BCE), mais à chaque gouvernement de créer chez lui un environnement favorable à l'innovation des entreprises et à l'emploi", martèle-t-il. Jens Weidmann reconnaît toutefois les efforts entrepris par la France, et juge en particulier que le Pacte de responsabilité "va dans le bon sens"