Bruxelles veut réindustrialiser l'Europe

  • A
  • A
Bruxelles veut réindustrialiser l'Europe
Partagez sur :

A condition d'investir massivement...

"Nous ne pouvons pas continuer à assister à la délocalisation de notre industrie hors d'Europe". Tel est le cri d'alarme lancé mercredi par le vice-président de la Commission européenne, chargé de l'industrie et de l'entrepreneuriat, Antonio Tajani. Par une série de mesures immédiates, Bruxelles veut faire passer la part de l'industrie dans le PIB de l'UE de 15,6% aujourd'hui, à 20% à l'horizon 2020. Une réindustrialisation qui nécessite des investissements L'Union européenne va devoir réaliser d'importants efforts pour revenir aux niveaux d'investissements d'avant-crise. La part de formation brute de capital est passée de 21,2% du PIB en 2007 à 18,6% en 2011. Or, la Commission estime qu'elle devrait atteindre des niveaux moyens supérieurs à 23% d'ici à 2020 et que l'investissement dans les équipements devrait dépasser les 9% du PIB au delà de 2020, contre seulement 6% à 7% aujourd'hui. Ces efforts doivent être ciblés sur les secteurs industriels porteurs d'innovation comme les bio-produits, les véhicules propres, les matières premières durables ou encore les réseaux dits "intelligents". Adapter les besoins du marché et faciliter l'accès au marché La réindustrialisation de l'Union européenne nécessite de mieux cibler les besoins, notamment en main d'oeuvre pour s'adapter aux transformations industrielles. Il est aussi urgent de faciliter l'accès au financement et au crédit des PME. La Banque européenne d'investissements devrait ainsi affecter entre 10 et 15 milliards d'euros à des prêts supplémentaires pour les petites et moyennes entreprises. Bruxelles souhaite enfin que ces PME industrielles et innovantes, encore trop peu présentes sur la scène internationale, soient davantage visibles.