Bruxelles s'aligne sur les prévisions de croissance du gouvernement français

  • A
  • A
Bruxelles s'aligne sur les prévisions de croissance du gouvernement français
Partagez sur :

La Commission européenne, qui a dévoilé mardi ses dernières prévisions économiques, table désormais sur une progression du PIB français de 0,9% en 2014, puis de +1,7% en 2015...

Bruxelles s'aligne sur les prévisions de croissance du gouvernement français. La Commission européenne, qui a dévoilé mardi ses dernières perspectives économiques, table désormais sur une progression du PIB français de 0,9% en 2014, puis de +1,7% en 2015, soit des chiffres équivalents à ceux de l'exécutif. Autre signal positif : elle table désormais sur une hausse du produit intérieur brut de 0,2% cette année, contre une récession (-0,1%) annoncée au printemps. Le gouvernement, lui, limite sa prévision pour cette année à une augmentation de +0,1%. "La résilience de la croissance économique en 2013 semble avoir conduit à une amélioration de la confiance des entreprises", estime Bruxelles. "Cependant, les entrepreneurs sont susceptibles de donner la priorité à la restauration de leurs marges, avant d'investir". La Commission européenne pense donc que c'est seulement en 2015, avec le retour de la demande globale, et d'une profitabilité renforcée, que les investissements reprendront. Nouveau dérapage Et Bruxelles ne voit décidément pas tout en rose, en tablant sur un nouveau dérapage pour le déficit public, qui ne passera pas sous la barre des 3% dans les deux années à venir. La Commission anticipe un déficit à 3,8% l'an prochain et 3,7% en 2015, après 4,1% cette année. Plus optimiste, le gouvernement français anticipe 3,6% l'an prochain. Bruxelles juge que ces prévisions sont néanmoins cohérentes avec une amélioration de 1,75 point de pourcentage sur 2013-2014 du déficit structurel. Ce dernier s'établirait à 2,0% du PIB à la fin de l'an prochain (contre 1,7% prévu par Paris). Sa prévision de déficit structurel qui remonterait à 2,4% en 2015 ne tient pas compte de l'effort structurel de 0,9 point de PIB prévu dans la nouvelle trajectoire des déficits publics dévoilée en septembre par le gouvernement. Concernant la zone euro, la croissance devrait atteindre 1,1% en 2014, contre 1,2% anticipé jusque-là, selon les dernières projections de la Commission européenne, rendues publiques ce matin. Le taux de chômage dans la région est pour sa part projeté à 12,2%, contre 12,1% auparavant.