Bruxelles n'écarte pas l'option "Eurobonds"

  • A
  • A
Bruxelles n'écarte pas l'option "Eurobonds"
Partagez sur :

Rien n'indique que les Etats membres de l'UE voteront en faveur de ce processus...

En pleine crise de la dette souveraine européenne, "je tiens à confirmer que la Commission (européenne) présentera bientôt des options pour l'introduction d'euro-obligations", a déclaré mercredi José Manuel Barroso, le Président de l'institution devant le Parlement européen. Rien n'indique que les Etats membres suivraient cette voie. Pour l'heure il s'agit seulement d'un document technique listant les options disponibles. "Certaines d'entre elles pourront être adoptées dans le cadre du traité actuel, d'autre nécessiteront des amendements à ce traité", a-t-il ajouté, tout en prévenant que ces nouvelles obligations, si elles étaient décidées, n'apporteraient pas de solution immédiate à tous les problèmes de l'Europe. D'ailleurs, Olli Rehn,le commissaire aux Affaires économiques et monétaires s'est voulu prudent sur les chances que ces euro-obligations voient le jour à court terme, rappelant qu'une solution s'y apparentant avait été rejetée en mai 2010 par les pays partageant la monnaie unique. Le mois dernier, Paris et Berlin ont fait part de leurs réticences vis à vis des euro-obligations. En outre, avec des Eurobonds, la France et l'Allemagne, notées AAA paieraient plus cher leurs refinancements. Le concept des euro-obligations reviendrait en effet à centraliser le refinancement des pays membres de la zone euro via un nouveau produit bénéficiant de la garantie des 17 Etats Membres.