Bruxelles appelle les Etats membres à repousser l'âge légal de la retraite, sous conditions

  • A
  • A
Bruxelles appelle les Etats membres à repousser l'âge légal de la retraite, sous conditions
Partagez sur :

La Commission formule ses recommandations dans un livre blanc que s'est procuré le quotidien 'Les Echos'.

Dans un contexte de vieillissement de la population et de tensions sur les finances publiques, Bruxelles recommande aux Etats membres de reporter l'age légal de la retraite, sous conditions. Ce livre blanc sur les pensions, dévoilé ce jour par le site internet des 'Echos', doit être présenté jeudi par le Commissaire à l'Emploi Laszlo Andor. La Commission européenne commence par tordre le cou aux idées reçues... "Reporter l'âge légal de départ à la retraite ne signifie pas que les travailleurs âgés prendront la place des jeunes diplômés", note le rapport qui précise que ce sont d'ailleurs les pays où le taux d'emploi des seniors est le plus élevé qui détiennent aussi les plus faibles taux de chômage chez les jeunes... Et à ce petit jeu, la France fait figure de mauvais élève avec seulement 39,7% des 55-64 ans en activité pour l'année 2010 contre 57,7% en Allemagne et 70,5% en Suède. Parallèlement à l'allongement de la durée d'activité, les Etats membres doivent donc impérativement préparer le terrain pour favoriser la cohabitation entre jeunes et seniors sous peine de ne pas observer les effets escomptés sur les finances publiques, la clé de la croissance étant avant tout la bonne qualification de chacun. Outre le report de l'âge légal de départ à la retraite, le livre blanc appelle les pays de l'UE à utiliser d'autres outils en complément, comme la durée de cotisation. "Certains Etats permettent le départ en retraite avant l'âge légal fixé si la durée de cotisation est suffisante". Un paramètre plus juste pour ceux ayant commencé à travailler plus tôt, estime la Commission. Pour autant, les Etats doivent limiter autant que possible les départs en pré-retraite pour consacrer les finances publiques à ceux qui seraient dans l'incapacité de travailler plus longtemps. Elle pousse aussi les Etats à développer les systèmes de retraites complémentaires privés, qui pourrait être un appui au système public.